Ses scores en Chine sont toutefois décevants.

Après une longue période de déclin, DS Automobiles relève enfin la tête et voit ses ventes progresser sensiblement au cours du premier semestre 2018. Avec 31'754 voitures vendues dans le monde, le jeune constructeur premium enregistre une hausse de 14%, quand Citroën se "contente" d'un +8,7% et que Peugeot recule de 1,9%. Néanmoins, il faut garder en tête qu'il partait de très loin, ce qui favorise forcément les hausses spectaculaires.

Bien évidemment, ce regain de forme est principalement dû à l'arrivée du DS 7 Crossback, modèle du renouveau que la marque décrit d'ailleurs comme "la première DS de seconde génération". Sans donner de chiffres précis, DS indique que ce véhicule lancé mondialement en février 2018 est au cœur de sa croissance. Les deux versions les plus huppées, plus rémunératrices pour DS qu'un version d'entrée de gamme, représentent au total 68% des ventes. L'option DS Connected Pilot (système de conduite semi-autonome) est cochée dans 50% des cas.

Lire aussi :

Une observation des chiffres région par région révèle que la plupart des ventes sont encore réalisées sur le continent européen, qui a absorbé à lui seul 28'326 exemplaires. Loin derrière suit la région Chine / Asie du Sud-Est avec un volume assez dérisoire de 2049 voitures. Incontestablement, l'un des gros défis pour DS est maintenant de se faire un nom à l'étranger, et notamment en Chine.

À court terme, DS pourra compter sur l'arrivée du DS 3 Crossback pour poursuivre sa croissance. Le développement du réseau de DS Store – il y en aura environ 500 d'ici la fin de l'année – devrait également l'aider à entrer dans une nouvelle ère plus prospère.