L'Italien restera célèbre pour avoir redressé la marque

Moins d'une semaine après la dégradation brutale de son état de santé ayant mené à son remplacement à la tête de Fiat Chrystler Automobiles et Ferrari, Sergio Marchionne est décédé ce mercredi. L'Italien avait été opéré de l'épaule la semaine dernière, et des rumeurs faisaient état de complications et d'un état grave, alors qu'il était en soins intensifs à l'hôpital de Zurich.

Lire aussi:

C'est John Elkann, son successeur à la tête de FCA, qui a confirmé la nouvelle par le biais d'Exor NV, la société d'investissement des propriétaires de Fiat : "Malheureusement, ce que nous craignions est arrivé. Sergio, l'homme et l'ami, est parti. Je pense que la meilleure façon d'honorer sa mémoire est de suivre l'exemple qu'il nous a laissé, de cultiver ces valeurs d'humanité, de responsabilité et d'ouverture d'esprit dont il a toujours été le défenseur le plus convaincu. Ma famille et moi lui serons toujours reconnaissants pour ce qu'il a fait et nous sommes aux côtés de Manuela et de ses fils, Alessio et Tyler. Je renouvelle l'invitation au respect de la vie privée de la famille de Sergio."

L'homme d'affaires était entré chez Fiat en 2003 avant d'en être nommé PDG en 2004, en succession des frères Gianni et Umberto Agnelli. Il avait mené le plan de redressement de la marque, symbolisé par la renaissance de la Fiat 500 en 2007, au moment où la monstrueuse dette du groupe, qui avait plafonné à sept milliards d'euros, était enfin effacée. Il a également été à l'origine du rapprochement entre Fiat et Chrysler, puis de la création du groupe FCA en 2014.

Il œuvrait également pour le groupe, avec les plans de relance d'Alfa Romeo et Maserati, et dirigeait aussi Ferrari, qu'il avait décidé de séparer du groupe à la fin de l'année 2015. Il tenait toujours le rôle de président de la luxueuse marque et supervisait notamment son programme en Formule 1. Il est connu pour avoir aussi redressé la marque sur le plan sportif, en remplacement de Luca di Montezemolo après quelques années troubles ayant suivi le départ de Jean Todt. Il avait 66 ans.