Un monde qui ne convient pas à la marque !

Si l'on commence à être habitués aux surprises proposées par Elon Musk, on ne s'attendait certainement pas à ce que le patron de Tesla envisage de retirer son entreprise du marché boursier. C'est pourtant ce qu'a proposé Musk sur Twitter : "J'envisage de reprivatiser Tesla à 420 dollars. Financement assuré." Il a par la suite précisé sa pensée en réponse à des questions posées sur le même réseau social.

"J'espère que tous les investisseurs resteront avec Tesla, même si nous redevenons privés. J'aimerais créer un fonds spécial permettant à tout le monde de rester avec Tesla. Je l'ai déjà fait avec l'investissement fidélité de SpaceX. Les actionnaires pourront soit vendre à 420 dollars, soit garder leurs parts et passer en privé. Je leur suis reconnaissant, je leur assurerai de prospérer dans tous les cas. Il n'y aura pas de vente forcée, j'espère que tous les actionnaires resteront. Ce sera bien plus simple en tant qu'entreprise privée et ça arrêtera la mauvaise propagande", a poursuivi le milliardaire.

Lire aussi:

Par cette manœuvre, Elon Musk veut que Tesla échappe aux attaques spéculatives et aux chutes brutales des actions liées à la publication trimestrielle des résultats financiers de l'entreprise. En faisant cela, il évite une chute complète de l'entreprise et s'assure de conserver la tête de Tesla, tant sur le plan financier que dans l'organigramme. Dès lors, il propose donc à ses actionnaires de conserver de l'argent dans l'entreprise mais via un fonds privé qui permettrait de laisser plus de temps et plus de latitude à la compagnie pour enfin redresser la barre et devenir rentable.

Bien évidemment, cela met en lumière la décision trop précoce d'introduire Tesla en bourse, une start-up qui n'a pas prouvé sa rentabilité avant d'être ouverte aux actionnaires et au marché public. Aussi, les difficultés rencontrées pour la production de la Model 3 ont commencé à faire perdre de la valeur à l'action Tesla, tout comme les diverses frasques médiatiques d'Elon Musk.

Une entreprise valorisée à 70 milliards de dollars

Il sera toutefois difficile pour lui de convaincre les actionnaires de rester. En effet, il leur propose de racheter leurs titres à 420 dollars au moment où l'action ne vaut que 370 dollars au NASDAQ, une plus-value pas négligeable pour les actionnaires qui, s'ils décident de se lancer dans l'aventure du fonds privé, pourraient craindre de se retrouver piégés et regretter de ne pas avoir cédé leurs actions au bon moment.

Le défi industriel que représente Tesla ne fournit pas forcément un contexte très rassurant, entre les difficultés de production du modèle censé démocratiser la voiture électrique de luxe, ou encore les enquêtes autour de l'Autopilot qui, si elles ne mettent pas forcément Tesla en cause, font une mauvaise publicité à la marque. De plus, la société continue de perdre de l'argent, avec environ 1,5 milliard de dollars de perte sur le premier semestre, malgré un chiffre d'affaires plus de quatre fois supérieur sur la même période.

Néanmoins, si Tesla venait à se retirer de la bourse, ce serait un record en la matière puisque la valorisation de l'entreprise est estimée à plus de 70 milliards de dollars, ce qui fait tout de même 20 milliards de plus que General Motors, le premier constructeur automobile américain. Une valorisation qui pourrait probablement plus attirer un fonds d'investissement que les actionnaires actuels.

 

Les deux dernières Koenigsegg Agera sorties d'usine