De nombreux plans politiques répercutés !

Les automobilistes continuent d'être la cible de nombreuses taxes et augmentations, et ça ne devraient pas s'arrêter en si bon chemin l'an prochain. Après la hausse des carburants et l'explosion du nombre de P.V. dus à la vitesse dans le cadre de la loi des 80 km/h, c'est également le réseau autoroutier qui va de nouveau augmenter en 2019.

Lire aussi:

Cette augmentation, qui est la conséquence de plusieurs mesures gouvernementales prises récemment ou non, pourrait conduire à une hausse de 2.19% dans le pire des scénarios, selon le site Capital. En 2018, la hausse avait déjà été de 1.55%, dont près de la moitié de cette hausse était imputable au dispositif de remboursement des loyers des concessions que les sociétés devaient à l'Etat.

Le plan d'investissement prévu par le gouvernement de François Hollande prévoyait en effet qu'une partie des 700 millions d'euros de travaux soit répercutée aux automobilistes sous la forme d'augmentation des tarifs aux péages. L'Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires Et Routières (Arafer) précise toutefois que ces investissements étaient parfois déjà prévus dans les contrats et ne nécessitaient alors pas d'être répercutés auprès des automobilistes, et que certaines décisions prises ne relèvent pas du domaine du nécessaire ni de l'utile pour l'entretien du réseau.

Le contrat qui lie les concessionnaires à l'Etat leur permettent d'augmenter automatiquement les tarifs à hauteur de 70% de l'inflation de l'année précédente, et celle-ci pourrait atteindre 2% en 2018. Si l'on rajoute à cela les répercussions du plan d'investissement et le lissage de l'augmentation refusée par Ségolène Royal aux concessionnaires en 2015, qui se répercutera de manière étalée entre 2019 et 2023, la hausse selon les réseaux devrait se situer entre 1.08% et 2.19%.

 

L'étonnante Bugatti Chiron... en Lego !