Le PDG de Tesla est au bout du rouleau

Toujours prêt à aller au combat face aux spéculateurs, face aux critiques, et à défendre Tesla contre vents et marées, Elon Musk semble parfois inamovibles, relançant souvent lui-même la machine dans des interviews ou sur Twitter. Interrogé par le New York Times sur les derniers mois, il a admis avoir passé la pire année de sa carrière depuis l'été dernier.

Lire aussi:

Le New York Times a révélé que c'est un Elon Musk épuisé qui a répondu aux questions, passant du rire aux larmes, et sur le fil du rasoir au niveau émotionnel. "L'année écoulée a été la plus difficile et la plus douloureuse de ma carrière. C'était atroce", révèle-t-il, expliquant même qu'il avait dû prendre des sédatifs pour retrouver le sommeil.

Il faut dire que Tesla a été au centre des critiques et que la pression sur Musk et ses troupes a été énorme durant les derniers mois. La marque est totalement déficitaire, avec 700 millions de dollars de perte lors du dernier trimestre, et un total de plus de 2 milliards de pertes en 2017. En cause, l'absence d'accélération de la cadence de production de la Model 3, sa berline d'entrée de gamme, qui est pourtant un réel succès.

Des démêlés sur tous les fronts pour Elon Musk

En plus de cela, il a notamment fait croire à une banqueroute de Tesla, s'est énervé contre des analystes et pour simplifier le dessein de sa marque, a décidé lui-même de la sortir du marché boursier, tout en choisissant la valeur des actions, et sans prouver qu'il pourrait en assurer le financement. Dès lors, il se retrouve encore sous le feu des critiques et de plaintes et s'attend à des moments difficiles.

"Je pensais que le pire était passé, je pensais que c’était fini. Le pire est passé d’un point de vue opérationnel, mais du point de vue de la douleur personnelle, le pire est encore à venir", poursuit-il sans se faire d'illusions. En effet, la marque commence à prendre des couleurs, mais Musk est l'unique pièce centrale qui attire les critiques. Malgré sa capacité à relativiser, il n'est pas étonnant qu'il commence à fatiguer.

 

Redécouvrez l'unique Ferrari SP38 Deborah