Est-ce de la mauvaise volonté ?

En Allemagne, le groupe Volkswagen a écopé d'une amende record d'un milliard d'euros suite au Dieselgate. En revanche, en France, les trois juges d'instruction chargés du dossier manquent d'éléments pour éclaircir cette affaire. En effet, dans un document consulté par l'agence Reuters, les juges français ont noté : "Dans la mesure où l'essentiel des faits s'est déroulé en Allemagne, nos investigations dépendent de la bonne volonté des autorités judiciaires allemandes et/ou de la société Volkswagen AG".

Il semblerait que ni la justice allemande ni le groupe Volkswagen ne souhaitent (pour l'instant) que la justice française fasse son travail. Selon Reuters, les juges français ont demandé à trois reprises un certain nombre de documents au tribunal de Brunswick (Basse-Saxe), sans que ce dernier n'ait donné suite. De plus, le parquet allemand considère que si la justice allemande communique des éléments aux juges français, cela risquerait de freiner et de perturber "gravement" leurs investigations. 

Lire aussi:

Du côté du groupe Volkswagen, c'est le même schéma. Le groupe refuse de s'exprimer sur cette affaire et veut absolument préserver ses dirigeants. C'est donc très mal parti pour la justice française qui doit tant bien que mal instruire le dossier et apporter des éléments de réponse aux parties civiles. 

Pour rappel, le Dieselgate a éclaté quelques années en arrière lorsqu'un logiciel truqueur a été détecté sur les voitures du groupe allemand. Ce programme était capable de détecter les cycles et processus d'homologation et d'émettre ainsi moins de particules polluantes qu'en temps normal. Depuis, le diesel souffre d'une très mauvaise image et la vente des véhicules diesel est en chute libre.

Source : Reuters

Vous aimerez aussi: