Depuis son application aux véhicules d'occasion, le nombre de dossiers a décollé.

Depuis le mois de janvier dernier, le gouvernement propose aux Français une prime qui prévoit le versement de 1000 et même 2000 euros (2500 euros pour l'achat d'un véhicule électrique neuf) pour l'achat d'un véhicule plus récent et moins polluant. Cette mesure concerne aussi bien l'achat d'un véhicule neuf que d'un véhicule d'occasion, et c'est pour cette dernière raison que la prime à la conversion rencontre un succès fou. 

Vous aimerez aussi

Sur Europe 1, la ministre des Transports a déclaré : "On accompagne les Français pour qu'ils puissent changer de voiture. La prime à la conversion aide les Français à avoir un véhicule moins polluant. C'est un grand succès, 170.000 dossiers déposés depuis le début de l'année". Voilà qui est dit, neuf mois après l'entrée des véhicules d'occasion, 170'000 dossiers ont été déposés par les Français et l'agence en charge de verser cette prime est tout simplement débordée ! En effet, l'objectif du gouvernement était d'atteindre 100'000 dossiers par an. Mais voilà, la prime à la conversion est plus populaire que prévue, les prévisions projettent que 250'000 véhicules auront été échangés sur l'année 2018.

Lire aussi

La prime à la conversion existait déjà, mais en janvier 2018, elle a été étendue aux véhicules d'occasion. Les ménages non imposables (qui représentent 70 % des bénéficiaires) ont échangé leur voiture mais attendent le versement de la prime. En effet, Le Parisien estime que 70'000 personnes n'ont toujours pas reçu le versement de la prime à la conversion. 

Pour rappel, cette prime concerne les ménages imposables (1000 euros) et non imposables (2000 euros). Pour bénéficier de ce coup de pouce, il faut que l'ancienne voiture diesel soit d'avant 2001 pour les ménages imposables, et d'avant 2006 pour les ménages non imposables (avant 1997 pour les véhicules essence). La nouvelle voiture doit respecter un certain nombre de critères et surtout, de ne pas rejeter plus de 130 g de CO2/km.