Le comble pour une sportive.

Mise à jour : Peugeot nous a contactés et contrairement à ce qui a été annoncé, la Peugeot 308 GTi n'a pris aucun kilo. En fait, dans l'ancienne réglementation, "la déclaration de masse homologuée ne prenait pas en compte le niveau d’équipement ni les options". Avec la nouvelle réglementation WLTP, la déclaration de la masse homologuée prend en compte le niveau d'équipement ainsi que les options pour refléter la masse réelle de la voiture.

En mai dernier, Peugeot a stoppé temporairement la production de la 308 GTi. La sportive à la française rejoindra de nouveau les chaînes de montage au mois d'octobre 2018 avec quelques changements à la clé. Pour rappel, la Peugeot 308 GTi a été retirée car elle ne respectait pas la nouvelle norme d'homologation Euro 6.d TEMP. 

Aujourd'hui, c'est chose faite avec entre autres l'adoption d'un filtre à particule qui va permettre à la sportive de contenir son taux d'émission. En revanche, Peugeot a également dû revoir la mécanique de la 308 GTi. Selon nos confrères du site largus.fr, le moteur 1,6 PureTech ne développe désormais plus que 263 ch contre 270 ch auparavant. Cela dit, les performances de la GTi restent inchangées avec un 0-100 km/h plié en 6 secondes et un 1000 m départ-arrêté réalisé en 25,3 s. 

Essai Peugeot 308 GTi (2017)
Essai Peugeot 308 GTi (2017)

Plus étonnant, et selon la même source, la Peugeot 308 GTi aurait grossi de 110 kg ! Son poids passerait donc de 1205 à 1315 kg (à vide)... Reste à l'essayer sur le circuit pour savoir si cet embonpoint ne lui fait pas défaut. Enfin, comme le mode de calcul du cycle WLTP est plus exigeant, la Peugeot 308 GTi émet 148 g de CO2/km contre 139 g de CO2/km par le passé. Ainsi, les clients devront payer un malus de 2010 euros (2153 euros en 2019), alors qu'il était de 953 euros !

Toutes ces nouvelles ne vont franchement pas ravir les fans de la 308 GTi qui devient plus lourde et plus chère à l'achat. Outre la hausse du malus, la 308 GTi sera affichée à 39'900 euros ; soit une hausse de 200 euros.

Lire aussi

 

Galerie: Essai Peugeot 308 GTi (2017)