Seulement pour les foyers non imposables.

Selon le journal Les Echos, le gouvernement compte renforcer la prime à la conversion en 2019. Actuellement, la prime est fixée à 1000 euros pour les foyers imposables, et à 2000 euros pour les foyers non imposables. La prime à la conversion sera reportée en 2019 avec quelques changements en perspective. En effet, Les Echos rapportent que les foyers non imposables pourraient profiter d'une prime à la conversion de 2500 euros. 

Pour en profiter, il suffit de mettre au rebut son véhicule polluant. Pour les foyers imposables, leur véhicule doit être immatriculé avant 2001 si c'est un diesel et avant 1997 pour un essence. En revanche, pour les foyers non imposables, leur véhicule doit avoir été mis en circulation avant 2006. Enfin, le nouveau véhicule doit être moins polluant, et devra obligatoirement afficher un taux d'émission de CO2 inférieur à 130 g/km. Mais attention, car ce seuil pourrait être abaissé l'an prochain, forçant les automobilistes à s'orienter vers des véhicules encore moins "polluants".

Dernièrement, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, s'est dit favorable à une prime de 1000 à 2000 euros pour l'achat d'un véhicule hybride rechargeable. Ce projet est en cours d'étude, mais il est à noter que l'achat d'un véhicule électrique neuf donne droit à une prime de 6000 euros ! 

La prime à la conversion connaît un grand succès auprès des automobilistes. Le gouvernement prévoyait 100'000 bénéficiaires en 2018. Mais de janvier à septembre 2018, ce ne sont pas moins de 170'000 dossiers qui ont été enregistrés par les services du gouvernement. Face à un tel engouement, l'agence en charge de verser la prime est débordée et 70'000 foyers n'ont toujours pas reçu le versement de leur prime à la conversion.