Les discussions sont en cours.

Pour renouveler le parc automobile, le gouvernement a mis en place la prime à la conversion. Elle concerne aussi bien les foyers non imposables que les foyers imposables. Elle encourage les automobilistes à changer de voiture, et à opter pour un véhicule plus récent et moins polluant. Cette semaine, il se dit que le gouvernement envisagerait de passer la prime de 2000 à 2500 euros pour les foyers non imposables. Cela permettrait d'accélérer le renouvellement du parc automobile et de donner un coup de pouce aux foyers non imposables.

Selon le journal Les Echos, les constructeurs automobiles étudient la possibilité de proposer eux aussi une prime à leurs clients. Cette surprime serait financée par les constructeurs, mais il reste à définir les modalités de cette initiative. Ainsi, en proposant une surprime, les constructeurs seront en mesure d'intéresser de nouveaux clients, qui s'orienteront peut-être vers l'achat d'un véhicule neuf. 

"Aucune décision n'est prise, mais nous sommes en train de définir entre nous les modalités du dispositif. L'idée, c'est d'accélérer le renouvellement du parc avec des offres de reprise ciblées. Ce serait une mesure efficace" a déclaré un constructeur français dans les colonnes des Echos. 

En 2019, la prime à la conversion sera maintenue. Cependant, selon les dernières informations, le gouvernement risquerait de modifier les modalités d'attribution. Ainsi, le seuil d'émission du nouveau véhicule ne devrait pas dépasser 120 gco2/km. Cela reste à confirmer, mais le gouvernement souhaiterait que la prime à la casse soit plus "écologique". 

Pour rappel, l'âge moyen du parc automobile français était de 9,1 ans en 2017 contre 5,8 ans en 1990.

 
Source: Les Echos