Le groupe britannique va construire une usine à Singapour.

Le roi de l'aspirateur a tranché : il construira sa voiture à Singapour, et non pas au Royaume-Uni comme l'espéraient certains. Dans une lettre adressée à ses employées, Jim Rowan, le PDG du groupe, a expliqué que ce choix était motivé par deux éléments : d'une part, les "compétences avancées importantes de ce pays en matière de fabrication", et de l'autre, l'implantation locale de l'entreprise. Dyson emploie là-bas 1100 personnes, dans des activités de conception et de fabrication des moteurs électriques équipant les aspirateurs et les sèche-cheveux. À termes, les effectifs dans cette cité-état de l'Asie du Sud-Est seront doublés.

"L'équipe automobile de Dyson progresse de manière remarquable depuis les hangars ultramodernes du terrain d'aviation de Hullavington dans le Wiltshire, où nous investissons 200 millions de livres sterling", a indiqué Jim Rowan dans le mail. 

Les travaux de construction de l'usine débuteront en décembre prochain et se termineront dans le courant de l'année 2020. La voiture électrique doit, elle, voir le jour en 2021. Elle demeure à ce stade mystérieuse à bien des égards. Les quelques indices semés ici ou là mettent sur la piste d'un véhicule haut de gamme, avec des batteries "solides" offrant une autonomie élevée. D'autres modèles également électriques devraient suivre par la suite.

Le groupe anglais dispose d'une équipe de 400 personnes travaillant sur ce projet de voiture électrique. Ambitieux, il se dit prêt à investir deux milliards de livre (2,3 milliards d'euros environ) pour parvenir à ses fins.

Note : l'image de couverture est un rendu purement spéculatif réalisé par nos soins