... et intégrées au Code de la route !

Cette fois-ci, le gouvernement prend le dossier en main. celui des trottinettes électriques. On en entend beaucoup parler ces derniers temps dans les médias. Il faut dire que si vous vivez dans une grande ville vous avez sûrement remarqué à quel point ce nouvel "engin de déplacement individuel" a vécu un boom ces derniers mois, notamment à la faveur du déploiement de flottes de trottinettes en libre service (ou en "free floating").

Le souci ? Le fait qu'il n'y ai aucune réglementation sur la circulation de ces nouveaux engins que l'on retrouve à la fois sur les trottoirs, sur les pistes cyclables, sur les voies de bus, voire même au beau milieu de la circulation ! Il faut dire que certaines d'entre elles peuvent circuler jusqu'à 40 km/h. D'où un besoin urgent de légiférer !

 

Justement la ministre des Transports, Élisabeth Borne, interrogée par le député Stéphane Demilly, a annoncé ce mardi 24 octobre à l'Assemblée Nationale qu'il y aurait très bientôt un cadre juridique pour l'utilisation de ces trottinettes électriques et autres monocycles, gyropodes, hoverboard... Pour cela, une nouvelle "catégorie de véhicules" va faire son entrée dans le Code de la route.

"Nous ne pouvons pas laisser des engins circulant à 20 ou 30 km/h mettant en risque la sécurité des piétons sur les trottoirs".

"Les nouveaux engins de déplacement électrique personnel font partie de ces nouvelles solutions mais une innovation n'est positive que si elle se développe dans un cadre adapté, permettant qu'elle bénéficie à tous. Il en va de la sécurité tant des piétons que des utilisateurs" a déclaré Elisabeth Borne, avant de préciser : "Nous ne pouvons pas laisser des engins circulant à 20 ou 30 km/h mettant en risque la sécurité des piétons sur les trottoirs (…). Ces engins pourront circuler sur les pistes, les bandes cyclables ou dans les zones à 30 km/h mais pas sur les trottoir".

Dernier point soulevé par la ministre, l'encadrement prévu également du "free floating", qui dispense ces engins de stations et sont laissés très souvent sur les trottoirs de manière anarchique. "La loi d'orientation des mobilités donnera aussi un cadre pour le développement des services en free-floating". Les collectivités locales seront ainsi sollicitées pour gérer chacune comme elles le souhaitent le développement de ces services sur leur territoire. 

Photo : Facebook Limebike