L'État veut doubler la prime à la conversion. Et fait appel aux constructeurs automobiles.

Le bilan est tombé en septembre dernier : la prime à la conversion est un vrai succès auprès des automobilistes en France. Cette aide qui consiste à troquer un vieux véhicule polluant contre une voiture plus récente et plus "propre" sera d'ailleurs prorogée sur l'année 2019. Mais elle pourrait également être doublée !

Comme entendu il y a déjà quelques semaines, les constructeurs automobiles pourraient se mêler de cette prime à la conversion. C'est en tout cas ce qu'a demandé l'État qui recevait ce lundi 29 octobre des représentants de quelques grands constructeurs automobiles, Renault, PSA, Toyota, BMW, Ford, Kia Motors et Mazda. Réunis à Bercy à l'invitation de Bruno Lemaire, ministre de l'Économie, ils ont confirmé qu'ils étaient prêts à fournir une aide supplémentaire. "Ils sont prêts à l’idée de renforcer la prime à la conversion en ajoutant une prime supplémentaire qui serait versée par les constructeurs, notamment pour les achats de véhicules électriques et hybrides rechargeables" a expliqué le ministre. 

Bruno Lemaire a également annoncé envisager un "allongement des dispositifs existants" sans préciser plus sur d'éventuelles échéances. 

De son côté le ministre de l'Écologie François de Rugy a précisé que le gouvernement voulait des propositions "chiffrées dans le temps, pour que les Français sachent ce qu'ils pourront faire dans les mois qui viennent sur l'acquisition d'un véhicule neuf ou d'un véhicule d'occasion". Vous l'aurez compris, les occasions sont désormais également concernées. "Si nous coordonnons nos efforts et s'il y a un affichage commercial (...) en plus de l'effort financier que l'Etat fait, nous aurons de bons résultats", a ajouté François de Rugy.

Pour rappel, la prime à la conversion est censée être un moyen de compenser la hausse de la fiscalité sur les carburants, en particulier le diesel, en proposant une aide qui facilite le changement de véhicule. Une prime qui peut aller jusqu'à 2500 €. En attendant que l'aide des constructeurs s'y ajoute.