Le seul moyen d'aider l'écologie ?

Quelques jours après l'affirmation de son ministre de l'économie et des finances, Bruno Le Maire, selon laquelle c'est le prix du baril de pétrole qui dicte la hausse actuelle du prix des carburants, Édouard Philippe a indirectement confirmé que ce sont bien les taxes qui font la hausse. En déplacement au Vietnam, le Premier Ministre a réitéré son soutien à ces mesures en dépit de la grogne qui monte, deux semaines avant la journée de blocage annoncée dans tout le pays.

"C'est compliqué mais il n'y a pas le choix. J'entends parfaitement la grogne, le mécontentement parfois, la colère aussi qui peut s'exprimer, mais je dis aujourd'hui, comme je l'ai toujours dit, qu'il n'y a pas de solution magique au problème du dérèglement climatique", a expliqué Philippe, avant de prendre un ton davantage porté sur le reproche aux Français.

"Il faut pouvoir inciter nos concitoyens à changer un certain nombre de comportements qui sont problématiques du point de vue des équilibres environnementaux. Alors c'est facile à dire comme ça, et puis quand on rentre dans le détail, ça râle un peu il faut reconnaître. Je ne sais pas au Vietnam mais, en France, parfois ça râle. Théoriquement, tout le monde est d'accord [pour réduire les émissions] mais en pratique c'est difficile."

Expliquant aux lycéens du nouveau lycée français d'Hanoï que c'était la jeune génération qui comprenait davantage les implications écologiques, Edouard Philippe ne semble pas voir d'alternative à la réduction des habitudes de consommation de carburant chez les particuliers, omettant l'empreinte carbone de certaines industries et de certains projets encouragés, comme le forage d'hydrocarbures offshore accordé à Total par le préfet de Guyane, au large du département d'outre-mer.

Un discours à double vitesse qui fait d'autant plus grincer les dents chez les Français, puisque nombre d'entre eux n'ont tout simplement pas la possibilité de réduire leur consommation de carburant. En effet, selon l'Insee, la distance moyenne entre le domicile et le travail en France est en moyenne de 25,9 kilomètres. Sur la base de 52 kilomètres par jour, ce sont 1100 kilomètres qui sont effectués par mois en moyenne pour atteindre le lieu professionnel par les Français. Des distances qui, dans les zones rurales et péri-urbaines, sont parfois rédhibitoires dans l'idée de prendre les transports et commun et contraignent donc à prendre la voiture, coûte que coûte, en dépit de la hausse fulgurante des prix.

 

Notre présentation du concept électrique autonome de Peugeot, la e-Legend