"Améliorer la mobilité au quotidien".

La loi mobilité, ou la loi sur l'orientation des mobilités pour être plus précis, autrement appelée LOM, a été présentée ce lundi 26 novembre 2018 par le gouvernement. Élisabeth Borne, ministre des Transports, a détaillé les mesures en Conseil des ministres. et outre la simplification par exemple du regroupement de données sur les horaires des transports en commun, quels qu'ils soient, ou encore l'établissement d'un cahier des charge pour les sociétés proposant des offres de transports en libre-service, ce qui fait directement écho à la pagaille causée par l'arrive de trottinettes en libre-service dans plusieurs grandes villes de France, plusieurs concernent directement les automobilistes. 

Adieu péages urbains !

À commencer par l'abandon pur et simple de l'idée de mettre des péages urbains pour les voitures à l'entrée des grandes villes. Si cela existe dans plusieurs grandes villes à l'étranger, comme Londres ou Milan par exemple, en France ce n'est pas pour tout de suite. Une mesure enlevée de la LOM donc et qui aurait sans doute été explosive en plein milieu du mouvement des gilets jaunes. Pour rappel, il s'agissait de limiter la circulation automobile dans les grands centres urbains, afin notamment de limiter la pollution de l'air. On parlait de 5 € de droit de passage pour les agglomérations de plus de 500'000 habitants, moitié moins pour celles de plus de 100'000 habitants. De son côté, la ministre des Transports a expliqué que peu de municipalités avaient "manifesté leur intérêt à utiliser cet outil"

Encourager le covoiturage

Autre point important de cette loi mobilité, le fait d'encourager le covoiturage avec la mise en place d'un "forfait mobilité durable". Celui-ci permettra aux employeurs de contribuer jusqu'à hauteur de 400 euros par an et par salarié aux frais de déplacement domicile-travail réalisés en covoiturage ou en vélo. De plus, les collectivités pourront également subventionner les offres de covoiturage pour les encourager. 

De plus, la loi mobilité offre la possibilité de mettre en place des voies réservées au covoiturage sur les grands axes routiers comme les autoroutes ou les périphériques. 

Baisse du permis de conduire

On reparle également dans la LOM de la baisse du prix du permis de conduire telle que présentée par le président de la République le 9 novembre. 

Encadrement des voitures autonomes

Élisabeth Borne a également évoqué l'arrivée des voitures autonomes, et leur essor qui a besoin d'être encadré. La circulation de ces voitures autonomes sera autorisée sur route ouverte à partir de 2020 pour ce qui est des navettes collectives. Pour les véhicules particuliers, il faudra attendre 2022.