Les discussions auraient cessé.

Au mois d'octobre 2018, le gouvernement a réuni quelques responsables des marques automobiles afin de discuter d'une surprime permettant d'augmenter le montant de la prime à la conversion. L'idée était d'impliquer les constructeurs automobiles afin qu'ils fassent des efforts pour accélérer le renouvellement du parc automobile français. Nous voilà au mois de février 2019 et les discussions semblent au point mort. Le gouvernement a de nouvelles préoccupations dont la fronde des gilets jaunes, qui a bousculé la politique de l'exécutif et à prendre de nouvelles décisions pour améliorer le pouvoir d'achat des Français.

Le journal Les Echos rapporte que ce projet est tombé aux oubliettes. Un représentant du secteur automobile a confié que "cette disposition n'est plus à l'ordre du jour des échanges que nous avons avec le gouvernement. En tout cas pour le moment". Il n'y a donc plus de discussions à ce sujet entre les constructeurs et le gouvernement. "Nous étions prêts à participer, mais le contexte a changé et nous n'avons plus eu de nouvelles" rapporte un autre représentant du secteur cité par Les Echos.

Bien que les discussions aient cessé, cela ne signifie pas qu'elles ne reprendront jamais et que l'effort demandé aux constructeurs sera abandonné. Peut-être que le gouvernement remettra un jour ce projet sur la table ; une fois que le contexte se sera amélioré et les tensions apaisées. Côté constructeurs, ils semblent encore prêts à discuter à propos de ce projet et à répondre à la demande du gouvernement. 

Pour rappel, le Premier ministre Édouard Philippe a augmenté en novembre 2018 la prime à la conversion pour les ménages les plus modestes. En effet, cette prime est passée de 2000 à 4000 euros pour les 20 % des Français les plus modestes effectuant 60 km par jour pour leur travail.

Quoi qu'il en soit, le dossier de la prime à la conversion n'est pas clos. C'est un franc succès que le gouvernement souhaite poursuivre (et renforcer) au cours des prochaines années.

Source: Les Echos