La Renault 11 TXE que maltraite Roger Moore dans "Dangereusement vôtre" est mise en vente par le musée automobile d'Orlando.

Avez-vous déjà poursuivi Grace Jones dans les airs avec un taxi parisien ? Roger Moore, lui, oui. Utilisée le long des rives de la Seine dans l'opus Dangereusement vôtre de 1985, cette pauvre Renault 11 de 1984 est entrée dans la postérité grâce à l'aura de James Bond, bien qu'elle soit sans doute l'une des victimes automobiles les moins connues de la saga.

Datant de 1984, la voiture – l'une des trois Renault 11 TXE 1,7 litre malmenées dans le film par l'équipe de cascadeurs de Rémy Julienne – est aujourd'hui à vendre. Vous pouvez voir l'annonce ici.

Certes, ce véhicule n'est pas homologué pour la route, mais il s'agit d'une vraie voiture de James Bond, quelque chose de suffisamment rare pour que l'on s'y intéresse quand même. Le prix ? Eh bien, c’est fermement "sur demande" pour le moment. On peut imaginer qu'il sera plutôt élevé, mais après tout, a-t-on souvent l'opportunité d'acquérir une voiture utilisée pour une cascade de 007 ?

Dans une séquence coordonnée par Julienne lui-même, James Bond "emprunte" la Renault 11 à un chauffeur de taxi nonchalant, puis descend à son volant un escalier du pont d’Iéna. Après avoir maltraité les suspensions, il poursuit sa route, atterrit sur le toit d'un bus en mouvement, "décapite" la voiture en passant sous une barrière puis perd la partie arrière dans un choc avec un autre véhicule. Vous pouvez revivre cette scène dans la vidéo ci-dessous :

'

Le célèbre cascadeur français avait utilisé trois Renault dans Dangereusement vôtre : un véhicule complet, un avec le toit enlevé et enfin deux moitiés pour la fin de la course poursuite. C’est ce véhicule coupé qui est aujourd'hui mis en vente par le musée automobile d'Orlando.

La voiture complète a essentiellement été utilisée pour des gros plans au début de la séquence, avant que 007 ne l'abîme sérieusement en bord de Seine et que la variante "convertible" n'entre à son tour en scène.

La dernière voiture a été modifiée pour que le choc avec la Renault 20 la coupe littéralement en deux. Elle est celle qui présente sans doute le plus grand intérêt parmi le trio de R11. Elle n’est peut-être pas utilisable, mais elle est unique. Pour se vanter de posséder quelque chose que les autres n'ont pas, il n'y a pas mieux.

Galerie: James Bond Renault 11 TXE

La voiture complète a été vendue par Coys aux enchères en 2008, à un prix de 4200 £ (environ 5000 €). Avant cela, elle avait été achetée directement à Julienne, puis avait intégré la collection du musée de Peter Nelson Cars of the Stars. Plus tard, pour la première de Quantum of Solace, elle fut exposée dans la ville d'Edimbourg.

Bien entendu, la Renault 11 reste l’un des véhicules les plus controversés de Bond. Aujourd'hui connue pour sa maniabilité toute relative, sa faible puissance et sa qualité de finition assez déplorable, elle fut désavouée en 2009 par Car and Driver, qui cette année-là s'était excusé de l'avoir intégrée dans sa liste des meilleures voitures européennes de 1983. Le modèle était certes peu cher à l'achat, mais il perdait très vite de sa valeur sur le marché de l'occasion.

Apparemment, le choix de cette voiture dans Dangereusement vôtre était dû à une volonté de réduire les coûts de production. En tout cas, l'apparition de la 11 coïncidait avec le dernier grand effort de Renault en Amérique du Nord.

À l'époque où ce film a été tourné, Renault était présent de l'autre côté de l'Atlantique aux côtés d'AMC (American Motors Corporation), déjà fournisseur de la célèbre Hornet utilisée dans un précédent James Bond, L'Homme au pistolet d'or. Certains prétendent d'ailleurs que l'apparition de la 11 constituait la seconde étape d'un contrat de placement produit établi au préalable.

Quoi qu'il en soit, il reste que M. Bond a pu maltraiter sa Renault 11 comme beaucoup de propriétaires de cette auto en ont sans doute rêvé. Et maintenant, vous pouvez posséder ce morceau d’histoire cinématographique. Pour découvrir la voiture en détail, cliquez ici.

Cet article a initialement été publié sur Motorious (lien ici)