Des modifications extérieures uniquement.

Les modifications de supercars sont toujours un sujet délicat, tant elles peuvent les rendre encore plus impressionnantes et agressives, ou ruiner leur design souvent très élaboré et équilibré. On pense notamment aux créations parfois grossières de Liberty Walk, et la BMW i8 Roadster E.N. ARMY Edition, revue par Energy Motor Sport nous laisse un peu entre ces deux observations.

La beauté naturelle du modèle n'est plus à prouver, et elle fait évidemment une très belle base pour n'importe quelle modification qui pourrait lui donner encore un peu plus de présence et d'agressivité, alors qu'elle possède davantage un design fluide. C'est ce qu'a très bien compris le préparateur sur certaines pièces, modifiées avec goût et en respect des lignes initiales de la voiture, à l'image des boucliers et bas de caisse qui, tout en étant exubérants, respectent l'esprit de BMW et de sa création.

En revanche, difficile de se montrer aussi magnanime avec les modifications apportées aux ailes avant et arrière, élargies et peintes d'une couleur plus foncée que le reste de la carrosserie, ce qui a tendance à les faire ressortir et à donner un air un peu plus pataud à la voiture. À défaut d'être d'une grande finesse, le travail effectué sur les rétroviseurs est à signaler par sa complexité. En revanche, il est difficile de justifier l'aileron arrière qui a été ajouté et qui fait perdre à la BMW i8 ses lignes complexes mais homogènes, qui créent un flux d'air dirigé vers l'arrière entre les feux et la carrosserie du capot moteur.

Sous le capot enfin, Energy Motor Sport n'a touché à rien et a laissé à la BMW i8 Roadster son moteur rois cylindres de 1.5 litre hybride, développant 375 chevaux. Normalement capable d'abattre le 0 à 100 km/h en 4,4 secondes, on ne sait pas si cette version affublée de pièces à l'efficacité aérodynamique discutable gagne ou perd en performance.

'