Plus de 10 millions d'euros de dépenses litigieuses...

Les soupçons et accusations n'en finissent plus de s’amonceler pour Carlos Ghosn, alors qu'un audit effectué par le cabinet Mazars au sujet de ses frais personnels effectués au nom de son employeur révèle un grand nombre de dépenses litigieuses durant ses années à la tête de l'alliance Renault-Nissan. Ce sont des dépenses en tous genres qui ont été notées par cet audit, allant des simples frais de transports à des réceptions en passant par divers dons.

Il aurait notamment dépensé 1,7 million d'euros pour en frais de réception à des événements populaires comme le Festival de Cannes ou le Carnaval de Rio, mais aussi lors du gala de l'AmfAR, organisé pour promouvoir et soutenir la recherche contre le SIDA. Ces frais, selon Le Figaro, auraient bénéficié à des amis libanais de l'homme d'affaires.

Ghosn aurait également donné 2 millions d'euros à des établissements culturels libanais et 1,2 million d'euros à l'American School de Paris, où ont étudié ses enfants. Pire, les dons effectués à l'école de ses enfants incluraient notamment des nuits dans des hôtels luxueux de la Côte d'Azur, notamment le Cap-Eden-Roc, situé sur le cap d'Antibes. Si ces dépenses sont avérées et étudiées par la justice, Ghosn pourrait être de nouveau inculpé pour détournement de fonds, ce qui est déjà le motif de sa quatrième inculpation.

Des dépenses s'élevant à plus de 10 millions d'euros

Au total, ce sont 10,9 millions d'euros de dépenses, étendues sur une dizaine d'années, qui seraient jugées litigieuses. Le journal explique clairement qu'il s'agit de frais qui ont été en réalité effectués à des fins personnelles au profit de l'ex-PDG de l'alliance. En parallèle, l'audit met en lumière un total avoisinant 4 millions d'euros de frais de transport, via les avions privés du groupe. Des dépenses annexes, toutefois moins importantes, ont également été notées.

Désormais, l'audit va être présenté aux instances dirigeantes de Renault, et ses résultats pourront ensuite être communiqués à la justice. Cela pourrait pousser cette dernière à étudier les résultats de l'audit avant le procès qui, selon les dernières nouvelles, pourrait être repoussé en 2020. En effet, son jugement pourrait faire partie d'un procès plus grand, comprenant notamment son ancien bras droit chez Nissan, Greg Kelly.

'