Au moment fort de l'année commerciale, le montant cumulé des ventes et le nombre de véhicules vendus est en retrait.

Vous l'aurez peut-être remarqué à l'occasion de la dernière édition de Rétromobile, du côté des ventes aux enchères, pour la première fois, notamment chez Artcurial, il n'y avait pas vraiment de tête d'affiche. Pas de Ferrari 335 Sport Scaglietti de 1957 adjugée 32,1 millions d'euros comme en 2016, ni même d'Alfa Romeo 8C 2900 B Touring Berlinetta de 1939 vendue un peu plus de 16,7 millions d'euros en 2019.

En 2020, la plus grosse enchère d'Artcurial à Rétromobile fut une Ferrari 275 GTB/6C de 1965, estimée entre deux et trois millions d’euros, et qui a terminé à un peu plus de 2,4 millions d'euros. Grosse déception pour la Mercedes-Benz 710SS 27/140/200hp Sport Tourer de 1929 carrossée par Fernandez & Darrin, qui était estimée entre six et huit millions d’euros, mais la plus grosse enchère a été de 4,9 millions d’euros, insuffisant pour conclure la vente.

Douze voitures au-dessus du million

Du côté des autres maisons, ce n'est pas forcément la joie non plus, dans le sens où elles ont sans doute connu des jours meilleurs. Du côté de chez Bonham's, c'est une Bugatti Type 55 Supersport de 1932 qui a été adjugée 4 millions d'euros. Elle fait partie des douze voitures ayant dépassé le million d'euros lors d'une vente, toutes maisons confondues, même parmi les mastodontes que sont Artcurial, RM Sotheby's et Bonhams.

Les chiffres publiés par le Conseil des Ventes, le 13 février 2020, sont assez éloquents puisque, durant la première semaine du mois de février, qui est l'une si ce n'est la plus active de l'année en règle générale, le montant des ventes cumulé a atteint 51 millions d'euros, hors frais de ventes. Par rapport à la même période l'an passé, le Conseil des Ventes note un retrait de 31 %. Une donnée corrélée également avec le nombre de véhicules adjugés qui a connu lui aussi une baisse de 11,7 % par rapport à 2019, avec 226 unités. Il en va de même pour le montant moyen par véhicule puisqu'il s'établit à 225'663 euros, soit une baisse de 22,1 %.

Qui s'en sort le mieux ?

C'est Artcurial qui s'en sort le mieux avec 107 unités vendues, contre 65 pour Bonhams et 54 pour RM Auctions. Le classement par montant total est logiquement corrélé à celui du nombre d'unités vendues, de ce fait, nous retrouvons Artcurial avec 19,7 millions d'euros, devant Bonhams (17 millions d'euros) et RM Sotheby's (14 millions d'euros). À l'unité, le chiffre d'affaires s'élève à 184'112 euros chez Artcurial, 261'538 euros chez Bonhams et 259'259 euros chez RM Sotheby's.

Artcurial semble donc avoir misé sur le "volume" plutôt que sur la rareté des modèles, ce qui se ressent évidemment dans le bilan des trois sociétés où les ventes de modèles vendus plus d'un million euros pèsent 24 % chez Artcurial tandis qu'elles pèsent 40 % chez Bonhams et 45 % chez RM Sotheby's, même si les douze enchères au-delà du million d'euros se sont réparties équitablement entre les trois maisons. Si, globalement, le début de l'année n'est pas très bon pour les maisons d'enchères, ces dernières peuvent se consoler avec un taux d'invendu moins élevé qu'en 2019 puisqu'il se situe actuellement entre 31 et 36 %, selon les maisons.