Une fois passé derrière le volant, vous changez totalement de comportement ?

Vinci n'est pas uniquement l'une des plus grandes sociétés de gestion d'autoroute de France (et d’Europe). Autant dire, une société contre qui un conducteur peste souvent. C'est aussi la maison mère de la fondation Vinci Autoroutes, qui a pour but d'analyser le comportement des automobilistes.

Depuis 10 ans, cette fondation publie un rapport sur la conduite responsable en Europe. Cette année, il accable les Français sur plusieurs point. Afin de mettre en avant les défauts de chaque pays, la fondation a mené une étude sur un vaste panel de conducteurs. Plus de 12'000 personnes à travers 11 pays ont été interrogés.

Les Français sont plus nerveux au volant

Un tempérament bouillonnant qui exacerbe les comportements violents et les incivilités sur la route. Prêts pour les chiffres ?

  • 1 conducteur français sur 5 (soit 20 % des conducteurs français, contre 16 % des conducteurs européens) admettent changer de comportement une fois un volant entre les mains.
  • 70 % des conducteurs français reconnaissent injurier les autres conducteurs. Les conducteurs européens eux, ne sont que 55 % à entretenir une relation aussi chaotique avec les autres usagers de la route.
  • 91 % des conducteurs français admettent dépasser la vitesse maximale autorisée. Là ou 88 % des conducteurs européens le font.
  • Par contre, européens ou français, quand un conducteur en énerve un autre par sa conduite, la principale réaction consiste à coller la source du problème. 34 % des conducteurs  français avouent faire ça quand 33 % des conducteurs européens le font. Autant dire que c'est une solution universelle.
  • Enfin, 87 % des conducteurs français ont déjà eu peur du comportement agressif d'un autre usager de la route. Le reste de l’Europe n'est pas loin derrière, puisqu'ils sont 84 % à éprouver ce sentiment d'insécurité.
  • 72 % des conducteurs français ne respectent pas les distances de sécurité, ce qui n'est fait que par 61 % des conducteurs européens. Paradoxalement, 52 % des tricolores considèrent que le non-respect des distances de sécurité est l'une des principales causes d'accident, notamment avec le personnel d'intervention sur autoroute.

L'inattention, un danger plus européen que français

  • 44 % des conducteurs français admettent qu'un long trajet dans un trafic dense les rend stressés. Alors que seulement 35 % des conducteurs européens ressentent les choses de cette manière.
  • Français comme Européens ont la mauvaise habitude de prendre le volant en étant fatigués. 36 % contre 34 %.
  • 16 % des conducteurs français ont déjà eu ou failli avoir un accident à cause de la fatigue, là ou 13 % des conducteurs européens répondent oui.
  • Par contre, 78 % des conducteurs européens ont plus tendance à quitter la route des yeux plus de 2 secondes. Quand "seulement" 74 % des conducteurs français son sujet à cette distraction.
  • 50 % des conducteurs européens téléphonent au volant avec un kit mains libres, quand "seulement" 48 % des français le font. Nous vous rappelons que des mesures drastiques ont récemment été prises contre l'utilisation du téléphone au volant.
  • 10 % des conducteurs français ont déjà eu ou failli avoir un accident à cause du téléphone. 11 % chez les conducteurs européens.

Quelques autres chiffres sur les Français

  • 56 % des conducteurs klaxonnent de manière intempestive les conducteurs qui les énervent.
  • 27 % doublent par la droite pour dépasser un conducteur qui les énerve sur autoroute.
  • 18 % descendent de voiture pour s'expliquer face à face avec la personne.
  • Les conducteurs franciliens roulent généralement 3h05 avant de faire une pause lors d'un long trajet, là ou les conducteurs bourguignons prennent 2h43.
  • 83 % des conducteurs ont tendance à partir plus tôt avant un long trajet.
  • 68 % partent la nuit, alors qu'un conducteur sur deux se dit stressé par la conduite nocturne.

Des chiffres un peu compliqués, mais qui donnent une image peu flatteuse des conducteurs français. Et encore, de nombreux indicateurs sont à la baisse, quand on les compare à l'année passée.

Et vous, est-ce que vous considérez que vous êtes un bon conducteur ? Si oui, vous pensez comme 96 % des autres conducteurs. Et est-ce que vous pensez que les autres sont le principal danger ? Alors vous pensez comme 89 % des conducteurs. Comme quoi tout se recoupe !