Le Président de la République a confirmé que les commerces dits "non-essentiels" vont pouvoir ouvrir à nouveau leurs portes.

C'était une date que les concessionnaires attendaient avec impatience. Lors de son allocution télévisée, le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé que les commerces dits "non-essentiels" pourront rouvrir dès le samedi 28 novembre. Une catégorie dont les showrooms font partie, eux qui n'ont pas pu recevoir de clients depuis le 30 octobre dernier, hormis pour les livraisons et les entretiens en atelier.

Évidemment, même si certaines concessions ont mis en place des visites virtuelles et des commandes en ligne, tous ces éléments n'ont pas pu remplacer la visite des clients en concession et la prise de commande "physique", plus rassurante pour de nombreux acheteurs.

Selon le Conseil national des professions de l'automobile, le volume de commandes a chuté de près de 70 % au cours de la première moitié du mois de novembre. La deuxième quinzaine ne devrait pas être plus reluisante, d'autant plus que cette période est souvent propice pour les concessions, avec des journées portes ouvertes et de nombreux stocks à écouler avant la fin de l'année.

Comme ce fut le cas lors du premier déconfinement, la réouverture des commerces se fera avec un protocole sanitaire renforcé et notamment la mise en place d'une jauge plus sévère, même si Emmanuel Macron n'est pas rentré dans les détails. Ce sont les membres du gouvernement qui préciseront ces modalités d'ici les jours à venir.

Les premières informations évoquent un client pour 8 m2 de surface de vente, ce qui n'est pas franchement une contrainte pour les concessions puisqu'il s'agit souvent de grands magasins. Pour assurer plus de fluidité, certaines concessions vont tout de même mettre en place un système de prise de rendez-vous.

D'ailleurs, traditionnellement en fin d'année, les bonnes affaires devraient être nombreuses avec de nombreux stocks à écouler, d'une part à cause du confinement, et d'autre part en raison des nouvelles normes qui entreront en vigueur d'ici l'année prochaine et certaines voitures qui deviendront invendables puisque leur motorisation ne sera plus aux normes.