Au moins elle a été retrouvée !

Des accidents insolites, avec des voitures rares et chères, ou des situations ubuesques, il y en a toute l'année à travers le monde. Mais en cette fin novembre, il n'y a pas eu besoin d'aller à l'autre bout de la planète pour tomber sur cette info pour le moins insolite : cette Aston Martin DB6 qui a terminée sa course dans le mur d'un centre culturel !

La scène s'est passée à Grigny, dans le département de l'Essonne (91) en Île-de-France. C'est la police de la ville qui a publié la photo sur les réseaux sociaux. On y voit une Aston Martin DB6 de la fin des années 1960 encastrée dans le centre culturel Sidney Bechet de Grigny, après avoir grimpé un petit talus. 

Plus de peur que de mal

Comment ce joyaux de l'automobile s'est-il retrouvé dans une fâcheuse position comme celle-là ? Le post de le police de Grigny sur Twitter nous aide à mieux comprendre ce qu'il a pu se passer : 

"#BelleAffaire Cette après midi un conducteur a refusé d'obtempérer, il a fini sa course dans la façade du centre culturel Sydney Bechet, de #Grigny Heureusement personne n'a été blessé. Le conducteur a été placé en #GAV."

 

Si la bonne nouvelle est qu'il n'y a eu aucun blessé, nos confrères du Parisien qui relatent également l'histoire donnent également quelques éléments qui pourraient aider à mieux comprendre le pourquoi du comment. Et notamment pourquoi le conducteur a refusé d'obtempérer. 

La raison est simple. Enfin "les raisons" plutôt car il y en a plusieurs. En effet, non content de ne pas avoir son permis de conduire, le contrevenant n'était pas au volant de sa voiture. Une voiture de collection volée ? Pas impossible...

Non, ce n'est pas l'Aston Martin de James Bond !

Pour rappel, l'Aston Martin DB6 a été produite à partir de 1965 pour remplacer l'Aston Martin DB5... celle de James Bond. Donc si cette histoire ressemblait effectivement à une mauvaise course poursuite "jamesbondesque", il ne faut pas confondre ! 

La DB6 est reconnaissable à plusieurs détails, que ce soit son pavillon, légèrement plus haut, pour mieux accueillir les passagers arrière, mais aussi la poupe, différente de celle de la DB5 avec ses feux "bulle", ici avec des feux d'une seule pièce. 

Embarquant un moteur 6 cylindres de 3995 cm3, elle développait 286 chevaux. De quoi la propulser à 96 km/h en 8,4 secondes, et lui permettre d'atteindre 241 km/h en pointe. Sans aides à la conduite évidemment ! 

Produite jusqu'en janvier 1971, l'Aston Martin DB6 aura été produite à un peu de 2000 exemplaires au total. Elle sera remplacée par la DBS, elle même apparue dès 1967, coexistant avec la DB6 pendant 4 ans.