De plus en plus de grandes villes en France mettent en place des ZFE, interdisants ainsi l'accès aux véhicules les plus polluants.

Comme vous n'êtes sûrement pas sans le savoir si vous habitez dans une grande ville, certaines métropoles ont mis en place ce que l'on appelle des zones de circulation restreintes. Il s'agit de zone urbaine dont l'accès est réservé aux véhicules les moins polluants. Ces interdictions de circulation s'appliquent à l'année et pas uniquement pendant les pics de pollution.

En France, l'accès à ces zones est déterminé par les certificats qualité de l'air, plus connus sous le nom de vignette "Crit'Air". Ce dispositif a été instauré dans le cadre de la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 et figure dans le projet de loi d'orientation des mobilités (LOM). L'objectif est généralement de diminuer la pollution routière de l'air et en particulier les taux de particules en suspension.

Et même si certaines villes françaises ont déjà mis en place des zones de circulation restreintes, la France est régulièrement rappelée à l'ordre par le Conseil d'État et l'Europe concernant son manque d'action contre la mauvaise qualité de l'air. Résultat, la France va accélérer la mise en place de ces ZFE.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, il existe déjà quatre ZFE : la Métropole de Lyon, Grenoble-Alpes-Métropole, la Ville de Paris et la Métropole du Grand Paris. Le gouvernement a déjà confirmé la création de sept nouvelles ZFE en 2021, à savoir l'Eurométropole de Strasbourg, la Métropole d'Aix-Marseille-Provence, la Métropole Nice Côte d'Azur, la Métropole Rouen Normandie, la Métropole Toulon-Provence-Méditerranée, Montpellier Méditerranée Métropole et Toulouse Métropole.

Quelles seront les conséquences ?

Comme pour les quatre premières ZFE, les restrictions de circulation des véhicules les plus anciens, avec l'utilisation de la vignette Crit'Air, vont se multiplier en France. Pour le moment, chaque ville peut fixer son propre calendrier de mesures, mais le gouvernement restera attentif à la mise en place rapide de ces zones. Si ce n'est pas assez rapide aux yeux de l'exécutif, il imposera, dès 2023, un calendrier de restrictions des véhicules Crit'Air 3, 4 et 5.

Parmi les nouvelles ZFE citées plus haut et qui rejoindront bientôt la Métropole de Lyon, Grenoble-Alpes-Métropole, la Ville de Paris et la Métropole du Grand Paris, certaines ont un peu plus d'avance que d'autres concernant leur entrée en vigueur.

Les ZFE, en France, l'année prochaine

Strasbourg devrait être la prochaine ZFE, puisque la mise en place de cette zone, qui doit bannir dans un premier temps les modèles non classés, devait être effective dès le 1er janvier 2021. Néanmoins, la présidente de l’Eurométropole Pia Imbs et la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian, ont mis en pause le projet en raison de la pandémie qui sévit actuellement. 

Du côté de la métropole lilloise, c'est également un peu flou puisque même si la ZFE a été votée en juin 2019 pour une mise en place le 1er janvier 2021, il n'y a, pour le moment, aucune communication menée par la ville. Du côté de Toulouse, le calendrier semble un peu plus précis puisque la première restriction de circulation est attendue d'ici avril 2021 et doit concerner les camionnettes et les poids lourds Crit'Air 5 et non classés.

Les autres ZFE à venir d'ici quelques années

Outre les zones déjà en place et celles qui seront officialisées, normalement, en 2021, d'autres zones devraient être annoncées sous peu pour une mise en place d'ici 2022 ou 2023. Parmi les ZFE à l'étude, nous retrouvons la Communauté d'agglomération de La Rochelle, la CA du Grand Annecy, la CA Valence Romans Agglo, la CC Cluses-Arve et Montagnes, la CC de la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc, la CC Faucigny-Glières, la CC Pays du Mont-Blanc, Clermont Auvergne Métropole, la CU d'Arras, la CU du Grand Reims, la Métropole du Grand Nancy, la Métropole Européenne de Lille et Saint-Étienne Métropole.