Un total de 22 momies royales égyptiennes ont été déplacées entre deux musées.

Les Égyptiens ont eu droit à un spectacle historique et culturel exceptionnel ce week-end. Un total de 22 momies royales égyptiennes - 18 rois et 4 reines - ont été transportées du Musée égyptien de la place Tahrir, au centre du Caire, au Musée national de la civilisation égyptienne à Fostat. Le cortège a parcouru environ 5 kilomètres, avec des lumières et des cérémonies en l'honneur des anciens pharaons du pays.

Mais ces momies royales n'ont pas été transportées par des corbillards normaux ; des camions spécialement construits ont été utilisés, évidemment décorés pour rappeler l'ancienne civilisation égyptienne. Des amortisseurs spéciaux se cachaient en dessous de leur carrosserie afin que le voyage se déroule sans encombre.

À l'intérieur des camions, les pharaons ont été transportés dans des boîtes spéciales remplies d'azote afin de les protéger des éléments naturels extérieurs. Les routes du long parcours ont également été dégagées, tandis que le convoi était entouré d'un cortège et conduit par des répliques de chars de guerre tirés par des chevaux. 

Les responsables de l'agence culturelle de l'ONU, l'UNESCO, et de l'Organisation mondiale du tourisme étaient présents à la cérémonie, ainsi que d'autres personnalités gouvernementales importantes comme le président Abdel Fattah al-Sisi. Au nouveau musée, une salve de 21 coups de canon a été tirée pour honorer l'arrivée des momies royales.

L'un des pharaons les plus populaires transportés pendant la cérémonie était le roi Ramsès II, qui a régné sur l'Égypte pendant 67 ans et a signé le premier traité de paix. Le plus ancien des vestiges conservés est Seqenenre Tao, le dernier roi de la 17e dynastie, qui a régné au 16e siècle avant Jésus-Christ.

Bien que l'objectif de la cérémonie soit de transférer les pharaons dans un musée plus moderne, les autorités égyptiennes espèrent que ce spectacle permettra de revitaliser le tourisme dans le pays entravé ces dernières années par les troubles politiques et la pandémie.