Pour la première fois, une voiture fonctionnant en mode autonome a été l'objet d'un accident qui s'est avéré fatal pour son conducteur.

Il s'agit là du premier accident mortel connu mettant en cause une voiture en conduite autonome, en l'occurrence une voiture de la marque Tesla. Le drame est survenu lorsqu'une Tesla Model S en mode autonome s'est encastrée sous la remorque d'un camion se trouvant sur sa trajectoire, son conducteur perdant la vie dans l'accident.

Un mois après l'accident, la National Highway Traffic Safety Administration ouvre une enquête préliminaire afin de déterminer "la conception et la performance de tous les systèmes de conduite automatisés utilisés au moment de l'accident".

Tesla précise dans un communiqué qu'il s'agit là du premier accident mortel concernant une voiture fonctionnant par le biais de l'Autopilot, après 130 millions de miles (près de 210 millions de kilomètres) cumulés en utilisation de ce système à travers le monde. À comparer avec la moyenne d'accidents mortels aux États-Unis tous véhicules confondus survenant tous les 94 millions de miles (151 millions de kilomètres), une moyenne descendant à un tous les 60 millions de miles (96 millions de kilomètres) à l'échelle mondiale.

Le constructeur américain conseille toutefois aux conducteurs de ses véhicules de rester vigilants lors de l'utilisation du mode autonome, arguant du fait que "l'Autopilot progresse en permanence, mais il n'est pas parfait et requiert toujours de la part du conducteur de rester en alerte. De plus, à chaque fois que l'Autopilot est activé, la voiture rappelle au conducteur de 'toujours garder ses mains sur le volant, et être préparé à reprendre le contrôle à tout moment".

Voilà qui ne manquera pas de relancer le débat sur les voitures autonomes et leur potentielle dangerosité pour leur conducteur, mais également pour les autres usagers.