Le constructeur japonais a reconnu avoir manipulé des tests sur plusieurs de ses véhicules afin de présenter de meilleurs rendements énergétiques.

La société japonaise a dévoilé sa fraude elle-même par le bais d'un communiqué diffusé mercredi, révélant des tests de consommation biaisés concernant deux modèles badgés Mitsubishi : eK Wagon, eK Space, ainsi que deux modèles produits pour le groupe Nissan, Dayz et Dayz Roox. 

C'est d'ailleurs Nissan qui a découvert la fraude lors d'une étude de développement de mini-cars de nouvelle génération, relevant des données non conformes à celles indiquées par Mitsubishi sur ces deux derniers modèles. 

Pris en flagrant délit, Mitsubishi avoue sa faute : "Mitsubishi a mené des tests de manière incorrecte afin de présenter de meilleurs rendements énergétiques que ceux existants effectivement, les méthodes de test étant différentes de celles requises par la loi japonaise."

"Nous présentons nos plus profondes excuses à tous nos clients et toutes les parties concernées par cette affaire", continue le communiqué. "Nous avons décidé de stopper la production et les ventes des véhicules concernés. Nissan a également stoppé les ventes des véhicules concernés, et Mitsubishi et Nissan discutent d'une compensation suite à cet affaire."

Mitsubishi indique également qu'une enquête approfondie déterminera l'impact éventuel de cette fraude sur d'autres modèles de sa gamme, vendus à l'export.

Abonnez-vous à la newsletter