Déjà bien implanté au Maroc, le constructeur français souhaite y renforcer son activité.

Renault, qui possède déjà deux usines distinctes au Maroc - Tanger et Casablanca - compte y augmenter son activité en lien avec la politique "d’écosystème industriel" mise en place. Le Maroc constitue déjà un marché essentiel pour Renault, qui y produit environ 10% de son total mondial de production.

C’est ainsi que la marque au Losange et le pays d'Afrique du Nord viennent de signer un accord à hauteur de 912 millions d’euros, déterminant surtout que les pièces détachées seront aussi produites sur place à l’avenir.

L’accord est historique pour Renault, qui souhaite ainsi renforcer l’implication directe de ses fournisseurs. Si les 912 millions d'euros ne seront pas entièrement financés par l’entreprise automobile - l’État marocain et d’autres partenaires étant aussi impliqués dans ce plan de financement -, le Losange n’a pas souhaité communiquer le montant de sa part d’investissement.

Renault a produit 300'000 véhicules l’an dernier au Maroc. Le prochain objectif : faire passer la part de pièces détachées produites au sein du pays de 32% à 65%. Une véritable aubaine pour l’emploi local, puisque pas moins de 50'000 emplois devraient être prochainement créés à cet effet.

"Les conventions que nous avons signées avec le gouvernement marocain vont plus que doubler le chiffre d’affaires de Renault au Maroc, avec un objectif de deux milliards d’euros dans quelques années", a commenté le responsable de Renault Afrique, Bernard Cambier.