C’est probablement un des derniers projets du président américain Barack Obama, qui décide d’investir 4,5 milliards dans des infrastructures pour les véhicules électriques.

Le plan détaillé est la partie numéro deux d’un projet qui avait débuté il y a quelques années. La première partie était plus tournée vers le véhicule en lui même. Aux USA, toute voiture qui est susceptible de se brancher est une voiture considérée comme électrique. 

Cette fois-ci, il ne s’agit pas de developper les véhicules électriques mais toutes ses infrastructures et ainsi faire de l’industrie américaine le leader mondial de cette technologie. De nombreuses marques ont déjà signé un accord avec l’administration américaine, notamment Mercedes, BMW, Tesla et Nissan. Ce plan qui s’étale sur cinq ans fonctionne en étroite collaboration avec de nombreuses sociétés américaines.

A lire aussi : La Chine fait stopper les voitures autonomes

Les principales mesures concernent les points de recharge, l’autonomie des véhicules, la durée de recharge, l’incitation aux administrations d’utiliser des véhicules électriques (ou rechargeable) et la mise à disposition de points de recharge dans les sociétés privées. 

Ce plan est assez ambitieux et va également permettre aux particuliers vivant en Amérique du Nord de pouvoir rouler vert en ayant la certitude de trouver un borne pour se charger. 

L’intérêt pour l’Europe est de voir arriver des technologies développées, entres autres, par des sociétés européennes comme Mercedes ou BMW sur le Vieux Continent.