L'écurie française devrait communiquer son duo de pilotes pour l'an prochain dans très peu de temps.

Cette année, la marque au Losange a fait appel à deux pilotes relativement inexpérimentés, Kevin Magnussen et Jolyon Palmer, même si ces deux derniers peuvent se targuer de titres en formules de promotion : en Formule Renault 3.5 pour Magnussen, et en GP2 Series pour Palmer.

Au volant d'une Renault R.S.16 partie avec un handicap de performance dès les premières courses en raison des problèmes financiers rencontrés par Lotus en 2015, avant sa reprise par le constructeur français, les deux jeunes pilotes ont eu du mal à tirer leur épingle du jeu, Magnussen demeurant le seul à avoir marqué des points cette saison, à une seule reprise toutefois, avec sa 7e place lors du Grand Prix de Russie.

"Ce n'est pas facile pour eux non plus", souligne Frédéric Vasseur, directeur de la compétition chez Renault Sport Racing, dans une interview pour Formula1.com. "Ils avaient l'habitude de gagner, et maintenant, ils sont sevrés. Je les vois tous les deux progresser. N'oublions pas que Jo [Palmer] est un rookie et que Kevin [Magnussen] n'a fait qu'une saison auparavant, et c'était il y a deux ans.

A lire aussi : La domination des Mercedes - "Pas ce dont la F1 a besoin" pour Button

"Jo s'améliore beaucoup. Certes, il est parti en tête-à-queue en Hongrie, mais jusqu'à présent, il a fait du bon travail. Et c'est de même pour Kevin. Tous deux ont une approche très optimiste. Ils sont un bon soutien pour l'équipe.", poursuit le dirigeant français.

Alors que Cyril Abiteboul, le directeur général de l'équipe Renault F1, évoquait le besoin de trouver "le Vettel de demain" pour mener l'équipe au succès dans les années à venir, Vasseur appuie cette réflexion en rappelant que les écuries de pointe se bâtissaient souvent autour d'un pilote.

"Si l'on regarde les histoires à succès du passé, le succès s'est toujours construit autour d'un pilote : Schumacher et Ferrari, Vettel et Red Bull, Lewis et Mercedes, ainsi qu'Alonso et Renault par le passé, donc le pilote est important", poursuit Vasseur.

"Un pilote, ce n'est pas que de la performance, mais aussi pouvoir mener une équipe. À l'heure actuelle, nous avons environ 1000 personnes dans l'équipe si l'on compte Viry et Enstone, et cela requiert une sorte de leadership émotionnel. Ça, c'est le travail d'un pilote ! Il nous faut un pilote qui est super motivé et capable de super motiver tout le monde."

Magnussen ou Palmer peuvent-ils faire figure de chefs de file ? Frédéric Vasseur botte en touche, mais a annoncé une date quant à l'annonce de la décision de Renault pour la saison prochaine. Ils progressent ! Nous savons où nous sommes sur la grille, donc 'progresser' est écrit en lettres majuscules pour nous. C'est trop tôt pour prendre une décision, quelle qu'elle soit. Nous le ferons probablement début septembre."