Le constructeur coréen Hyundai, filiale du chaebol éponyme, envisage de nouer un partenariat avec Google. Il compte ainsi remonter dans le peloton de tête des marques souhaitant jouer un rôle clé dans le développement des voitures autonomes.

Certains constructeurs y croient, d’autres pas. Les Tesla, Volvo, Daimler et autres Volkswagen font partie du premier groupe et entendent bien jouer un rôle clé dans les années à venir en ce qui concerne les véhicules autonomes. Hyundai ayant longtemps hésité à se positionner en la matière, il a accumulé un certain retard, principalement en recherche et développement, qui le contraint aujourd'hui à s’associer à Google. Le groupe de Mountain View travaille depuis plusieurs années dans ce domaine et peut dès se targuer d'une expertise certaine.

Lire : Volvo et Uber - Le partenariat est validé

Jeong Jin Haeng, le grand patron de Hyundai, a reconnu il y a peu que les deux groupes partagent des intérêts et projets similaires, et qu’il envisageait du coup une coopération sérieuse avec Google dans les mois à venir. Aucun détail complémentaire n’a été révélé mais cette alliance devrait, à peu de choses près, être de la même veine que celle qui lie le géant informatique au groupe Fiat.

Pratiquement, Hyundai devrait livrer plusieurs exemplaires de ses modèles à Google en vue d’y implémenter une série d'éléments visant à rendre le véhicule autonome. Suivra ensuite une longue phase de test, dont le but est de fiabiliser cette technologie afin de la commercialiser à long terme. Petit détail croustillant : John Krafcik, l’ancien patron de Hyundai aux Etats-Unis, n’est autre que le nouveau big boss du programme de voitures autonomes développé par Google, et ce depuis 2015. De quoi encourager encore un peu plus les deux parties à travailler main dans la main.