Des drones qui muteront en véritables transports en commun dans les villes d'ici quelques années, une idée qui fait déjà son chemin chez Airbus...

On estime que, d'ici 2030, 60% de la population mondiale vivra dans les villes, contre 50% actuellement. Nous connaissons tous les problèmes de saturation déjà présents aujourd'hui et certaines villes pourraient bientôt se retrouver en position de saturation totale.

Mais un certain nombre de personne du groupe Airbus sont en train de réfléchir actuellement à une solution... verticale à ce problème, en développant une voiture autonome, et volante ! Il s'agit en fait d'un drone évolué, dont le premier prototype pourrait prendre... l'air dès l'an prochain, et pourrait entrer en production d'ici dix ans.

L'élément central de ce projet est une plateforme dédiée aux véhicules autonomes - individuels ou collectifs -, et baptisée Vahina, développée par A3, une division high-tech d'Airbus basée dans la Silcon Valley.

Lire : Le bus du futur chinois : l’arnaque du siècle ?

Rodin Lyasoff, chef du projet Vahana, explique ainsi : "Un grand nombre des technologies dont nous avons besoin comme les batteries, les moteurs, et les systèmes avioniques sont déjà existants pour la plupart". Malgré tout, les systèmes de détection et d'évitement dont sont dotés les avions volants en automatique sont bien en-deça de ceux déjà utilisés sur les voitures. "C'est l'un des plus gros challenges que nous devons résoudre au plus vite", ajoute Lyasoff.

Le cadre réglementaire doit encore être établi au sujet des avions autonomes. Bruno Trabel, d'Airbus Helicopters, précise : "Aucun pays dans le monde n'autorise aujourd'hui des drones à survoler des villes, avec ou sans passagers".

Uber dans la ligne de mire

Bruno Trabel travaille sur un projet - baptisé Skyways -, en conjonction avec l'autorité de l'aviation civile de Singapour, pour utiliser des petits drones autonomes pour des transports de marchandises pour la National University of Singapore.

Le but ultime sera de produire une voiture volante autonome, semblable à celle sur cette image, et qui est à mi-chemin entre un hélicoptère et un drone. Un véhicule qui serait capable de transporter un certain nombre de passagers sur une base de partage de trajet identique à ce que propose Uber, l'une des sociétés qu'Airbus espère fournir.

"Nous pensons que la demande globale pour cette catégorie de véhicule volant pourrait se développer à une flotte de millions d'unités à travers le monde", conclut Lyasoff. "Dans seulement dix ans, nous pourrons avoir des produits sur le marché qui révolutionneront le voyage urbain pour des millions de personnes".

Faites partie de quelque chose de grand