Waze, rachetée par Google en 2013, est certainement l'une des applications les plus utiles pour les conducteurs, et il semblerait qu'elle deviendra bientôt meilleure encore. Google va en effet marcher sur les traces d'Uber en ajoutant un service de co-voiturage dans son application mobile Waze. La société californienne a commencé les premiers essais grandeur nature autour de ses locaux depuis le mois de mai, pour relier les utilisateurs de la région avec des conducteurs au sein de l'application Waze. Le service s'adresse actuellement à 25'000 personnes travaillant dans les grandes entreprises voisines, parmi lesquelles Adobe, Walmart, et, bien sûr, Google.

Mais le nouveau service de co-voiturage de Google proposé dans l'application Waze est légèrement différent de ceux proposés par Uber ou Lyft. Alors que ces deux derniers sont des services de taxi/VTC, Waze propose une approche de co-voiturage différente, en connectant ses utilisateurs aux conducteurs qui sont déjà en route vers la direction désirée. L'actuelle période d'essai du service coûte 0,54 dollars américains par mile (soit environ 0,30 euros par km), une somme moins onéreuse que celle demandée par Uber ou Lyft.

A lire : Hyundai, nouveau partenaire de Google

Précisons que Google ne prélève pour le moment aucune commision sur les trajets, et veut proposer son nouveau service à un coût suffisamment peu élevé pour décourager ses utilisateurs à travailler comme taxis avec Waze. De plus, Google considère que les revenus générés par les conducteurs ne sont pas imposables, car ils seraient considérés comme étant une participation aux frais de carburant, ce qui ne manquera pas de susciter de nouvelles controverses.

Selon le Wall Street Journal qui cite une source proche de Google, la société a pour projet d'étendre les essais de son nouveau service à l'ensemble de la région de San Francisco dès cet automne. De plus, Google devrait profiter de ce nouveau service de co-voiturage pour proposer des courses avec ses nouveaux véhicules sans conducteurs, afin de tester sa technologie de véhicule autonome, qui devrait être commercialisée d'ici 2020.

Source : WSJ.com

Abonnez-vous à la newsletter