Le Champion du monde 1996 de Formule 1 a arrêté sa carrière fin 1999. Fils de Graham Hill, lui aussi Champion de la discipline reine du sport automobile, Damon raconte dans son autobiographie "Watching the Wheels" sa carrière, finalement assez courte, en F1.

"Je voulais partir, je pouvais ressentir ce qui est arrivé à mon père en arrière-plan, il y avait un accident qui m’attendait au coin du virage qui allait m’emporter. Je pensais que j'allais mourir", explique le Britannique au Daily Mirror.

Lire : Alonso vise le titre mondial avec McLaren en 2017

L'ancien pilote Williams a alors complètement coupé les ponts pendant plusieurs années avec le monde du sport automobile, passant ainsi la première partie des années 2000 à l'extérieur de ce monde qu'il a côtoyé durant la majeure partie de sa vie.

"En 2003, j’ai sollicité de l’aide. La thérapie, c’est apprendre à s’exprimer, ce que vous ressentez. Maintenant, j’ai des moments d’anxiété, mais rien à voir avec ce que c’était."

En plus de la pression du monde de la F1, Hill devait également gérer celle amenée par le décès de son père, héros dans son pays et qui a donc été honoré par des funérailles nationales. "Vous ne pouvez pas pleurer aux funérailles parce que tout le monde est là. Ce ne sont pas vos funérailles, il s’agissait de funérailles d’État", indique-t-il.

Un autre choc, le décès de Senna

En 1994, c'est un autre décès qui venait bouleverser Damon Hill, celui de son équipier Ayrton Senna. Avant le Grand Prix suivant, disputé à Monaco, le t-shirt porte-bonheur du Brésilien avait été déposé dans le vestiaire, dans l'état de chaos entourant la F1 après ce terrible week-end de mai.

"Dans toute la confusion, ce minuscule détail a été négligé. Quand un pilote est dans un état de vulnérabilité, il n’a pas besoin d’un rappel que, quand il quitte le vestiaire pour monter dans une voiture de course, il peut ne pas revenir."

Source: Motorsport.com