Nouveau propriétaire de la F1, Liberty Media a émis l'idée de proposer aux équipes de F1 de prendre des participations dans la Formule 1. Une proposition accueillie favorablement par les écuries.

Liberty Media, nouveau propriétaire de la Formule 1, a annoncé la semaine dernière que l'entreprise souhaitait permettre aux écuries de prendre des parts dans le business de la discipline. Sans pour autant donner plus de détails sur le processus qui pourrait être mis en place, et à partir de quand il serait effectif. Ferrari, pour le moment, est la seule écurie qui possède une participation, certes minoritaire.

Selon le directeur de l'écurie Mercedes, Toto Wolff, "l’idée semble bonne. Si vous pouvez aligner les actionnaires majoritaires avec une vision sur le long terme, et que les équipes deviennent actionnaires, il y a beaucoup de problèmes que vous pouvez résoudre. Mais évidemment, c’est une décision commerciale et financière, et le diable est dans les détails."

 

Christian Horner, Team Principal Red Bull Racing et Toto Wolff, Président Exécutif Mercedes AMG F1 lors de la conférence de presse de la FIA

De son côté, son homologue de chez Red Bull, Christian Horner voit cette initiative d'un bon œil. "Je pense que c’est quelque chose de raisonnable. Les équipes sont les actionnaires clés en F1. Sans les équipes, il n’y a pas de F1. Faire que les équipes prennent une participation minoritaire aurait du sens. Que ce soit offert à toutes les équipes, dans les mêmes termes, aurait totalement du sens."

" Sans les équipes, il n’y a pas de F1."

Christian Horner, Red Bull Racing.

Il ajoute : "Un actionnariat minoritaire pour les équipes serait la bonne décision parce qu’au-delà de ça, nous ne nous mettrions jamais d’accord. Mais évidemment, cela a du sens pour les écuries de participer à l’actionnariat."

Chez Renault Sport aussi, l'idée semble intéresser. "C’est une excellente opportunité. Les actionnaires existants tirent beaucoup de valeur de la F1. Ça serait excellent si les écuries de F1 étaient capables de capter une partie de cette valeur étant donné les risques qui sont pris par les différentes parties qui financent l’équipe. Donc, oui, si cela a du sens, je dirais clairement 'pourquoi pas ?'."

Le "pourquoi pas ?", est aussi de mise pour Monisha Kaltenborn. "Nous avons eu ce genre de discussions avant. Je pense que c’est une idée intéressante. Cela peut avoir du sens d'avoir toutes les équipes qui ont cette opportunité en fait, qu'elles soient représentées aussi. Au final, cela dépend de ce que vous avez et du prix."

Source: Motorsport.com

F1 - Droits et constructeurs 2016