Décidément, rien n'arrête la Porsche n°1. Après s'être imposé au Nürburgring, puis à Mexico, l'équipage Mark Webber, Timo Bernhard et Brendon Hartley a remporté un troisième victoire successive à Austin, exploitant au mieux les circonstances de course pour devancer les Audi pourtant plus rapides.

Lors des qualifications, les Porsche avaient en effet subi la loi des Audi R18, qui verrouillaient la première ligne avec la pole position pour la n°7 devant la n°8. Les deux voitures d'Ingolstadt prenaient rapidement les devants en début de course, sans que les Porsche puissent tenir le rythme de leurs rivales.

Après avoir évolué en 4e position derrière la Toyota n°6 lors des premières minutes, la Porsche n°1 reprenait la troisième place, avant de grimper à la deuxième lorsque l'Audi n°8 rencontrait des problèmes électriques.

L'Audi n°7 évoluait toujours seule en tête, mais la Porsche retournait totalement la situation en sa faveur au 121e tour en effectuant son arrêt ravitaillement juste au moment d'une neutralisation. Timo Bernhard était ainsi propulsé en tête avec une bonne trentaine de secondes d'avance !

Voir : WEC - Audi pas verni, nouvelle victoire pour Porsche à Austin

De surcroît, en voulait refaire son retard, l'Audi n°7 de Benoît Treluyer accrochait la Ford GT d'Olivier Pla : c'en était fini des espoirs de victoire pour Audi, alors que Webber, Bernhard et Hartley signaient leur troisième succès consécutif.

"C'était une course assez disputée, avec de belles batailles, et Timo et Brendon ont produit une performance extraordinaire", se réjouissait Mark Webber à l'issue de l'épreuve. "Après le départ, nous avons pris un petit rythme. Au milieu de la course, la situation semblait se stabiliser. Devant, les Audi étaient extrêmement rapides dans la chaleur, mais ce n'était pas une surprise".

'Nous savions que nous devions faire une course propre et s'ils étaient restés aussi performants, nous les aurions poussés dans leurs derniers retranchements", continue l'Australien. "Mais les Audi ont ensuite eu des problèmes et nous avons été chanceux avec le timing d'un Full Course Yellow qui a joué en notre faveur. Malgré la chaleur, les gars on fait un super boulot dans les stands".

Moins de réussite pour la Porsche n°2. Les leaders du championnat, Romain Dumas, Neel Jani et Marc Lieb n'avaient pu faire mieux que 5e en qualifications, et finissaient la course au 4e rang après avoir été victimes d'une crevaison lente. Ils conservaient une bonne avance au championnat.

"J'ai pris le départ et, lors de mon premier relais sous la chaleur de l'après-midi, la voiture semblait rouler en slicks sur une piste mouillée", explique Romain Dumas. "Sur mon deuxième relais, j'ai eu du mal avec le trafic. Au total, nous avons perdu pas mal de temps avec deux crevaisons lentes et un changement de museau".

"Le résultat est bon pour le championnat, et pour Porsche, mais la course ne s'est pas bien passée pour nous", continue le pilote français. "Au Mans, nous avons gagné par chance. C'est peut-être le prix à payer pour cela. Mais je pense que ça suffit maintenant…"