1602, 2002, 2000, 2800 : au début des années 1970, BMW s'est empêtré dans une salade de chiffres. Dans la perspective de la nouvelle classe moyenne prévue pour 1972, les choses ne pouvaient pas continuer ainsi. Bob Lutz, alors directeur du marketing de BMW, a mis au point un nouveau système : d'abord le numéro pour classer la série de modèles, puis la capacité du moteur. Le résultat a été la Série 5.

Il semblerait que la désignation Série 5, avec initialement 520 et 525 à l'arrière, ait également été destinée à jeter un pont vers les légendaires BMW 501 et 502. Quoi qu'il en soit, les séries les plus importantes de Munich (Série 3, 5 et 7) portent leur nom depuis les années 1970, la Série 1 ayant été ajoutée en 2004. De nos jours, les deux derniers chiffres indiquent la performance plutôt que la cylindrée : la BMW 530i, par exemple, n'a qu'un moteur deux litres sous le capot.