Après avoir été pionnière sur les aides à la conduite, et autres avancée électroniques, que reste-t-il à la petite dernière, la W222 ? Et bien la conduite autonome, rien que ça.

Dès sa sortie, elle reçoit une caméra au sommet du pare-brise qui a pour objectif de scanner la route (sur 15 mètres), la distance entre les voitures, l'état du trafic et la lecture des panneaux (entre autres) afin de pouvoir faire réagir la voiture avant même que le conducteur ne songe à s'adapter à l’environnement. Le réglage en temps réel de la suspension pilotée est la première utilisation faite des données récoltées par la caméra et les capteurs de la voiture.

Mais derrière tout ça, Mercedes a une autre idée, et c'est la conduite autonome. Avec Distronic Plus, la voiture peut se maintenir seule dans sa voie pendant quelques minutes sans l'aide du conducteur.

Sans changer un seul équipement installé dans la voiture et en modifiant un tout petit peu le code, les ingénieurs Mercedes ont annoncé avoir pu faire rouler une Classe S de série pendant une cinquantaine de kilomètres sans toucher aux commandes.