Désormais, les Spirit of Ecstasy sont produits par une entreprise de Southampton, en Angleterre. Le processus de fabrication s'est modernisé, même si l'on utilise toujours le procédé de la "cire perdue", comme à l'époque de Charles Sykes et de sa fille Joséphine.

Les différentes étapes consistent à cartographier numériquement le Spirit of Ecstasy, et en créer une image 3D parfaite. Cela sert à créer un moule qui est retouché par des spécialistes travaillant avec des lames extrêmement fines. Ce moule est à son tour utilisé pour produire un modèle en cire de la figurine qui sert de moule positif et qui est ensuite recouvert de céramique. Une fois ce revêtement séché, la cire à l'intérieur est fondue et remplacée par de l'acier inoxydable fondu à une température de 1600 °C. Une fois l'acier refroidi, le moule est ouvert et en sort la fameuse statuette.

Mais ce n'est pas fini car chacune d'elle part ensuite au département de finition qui utilise le "peening" pour parfaire le Spirit of Ecstasy : le moulage est grenaillé par des millions de billes d'acier inoxydable d'un diamètre d'à peine 0,04 mm, qui contribuent à polir la surface sans être abrasives. Après l'usinage, un dernier polissage miroir et des contrôles qualité rigoureux, la figurine terminée est envoyée à Goodwood, dans l'usine Rolls-Royce, où elle vient orner le bout du capot.