Depuis quelques années déjà, cette tendance en provenance des constructeurs premiums allemands s'est largement démocratisée : proposer des finitions sportives... sur des voitures avec des moteurs d'entrée de gamme. Le pire, c'est que ça marche !

AMG Line chez Mercedes, S-Line chez Audi, M Sport chez BMW... Même les généralistes s'y mettent avec GT Line chez Peugeot, R.S. Line chez Renault, N Line chez Hyundai... Autant de niveaux de finitions qui reprennent les attributs des modèles haut de gamme, tout comme une partie de leur appellation. Mais qui n'en ont que le plumage, pas le ramage ! Mais se retrouver dans une BMW 318i de 156 ch (un exemple parmi tant d'autres...) qui veut se faire aussi grosse que la M4, vraiment ? 

Mais les chiffres de ventes parlent pour eux, et ces finitions sont plébiscitées. Une stratégie marketing qui fonctionne, d'autant qu'elle permettent de gonfler le prix de manière substantielle.