Le premier Salon de l'automobile de Francfort de l'après-guerre a eu lieu en 1951 et sa vedette incontestée était la nouvelle Mercedes 300. Il s'agit en fait de l'heureux retour du constructeur à ce qu'on appelle des  "vaisseaux amiraux", après une première phase d'après-guerre où la production était limitée à la petite 170.

La 300 (code W186, W189 pour la quatrième série) était un véritable manifeste de la volonté de revenir à l'excellence : elle offrait 115 ch sortis du moteur 6 cylindres d'une cylindrée de 3 litres. Le prix de départ de 17'600 Marks à l'époque. En plus de la 4 portes avec 6 fenêtres, le modèle était également disponible en version quatre portes "D-type" convertible.

La 300 a été choisie comme voiture de représentation par le président fédéral Theodor Heuss et surtout par le chancelier Konrad Adenauer, qui l'a également utilisée (sur la photo) lors d'importantes missions à l'étranger, comme la visite à Moscou en 1955 et les rencontres avec Nikolaï Boulganine et Nikita Khrouchtchev au Kremlin. À tel point que la voiture sera rapidement surnommée la "Mercedes Adenauer".

Mais ce n'est pas tout : le 300 est également devenu un symbole de statut pour de nombreuses autres célébrités comme le roi Gustav Adolphe de Suède ou les acteurs Gary Cooper, Erroll Flynn et Fernandel, de son vrai nom Fernand-Joseph Désiré Contandin. Le "client" le plus célèbre est cependant le pape Jean XXIII, dont le Landaulet 300d est l'une des plus célèbres "papamobiles". La série a été arrêtée en 1962, remplacée par la 300 SEL W112.