Une vraie dure à cuire cette nouvelle Mercedes-AMG A 35 ?

Vous rêvez d'avoir une Mercedes-AMG neuve dans votre garage mais vous n'êtes pas prêt à débourser une somme à six chiffres ? Il n'existe pas 36 solutions pour résoudre cette équation. Votre choix se tournera naturellement vers le plus petit modèle de la gamme, à savoir la Classe A. Pourtant, avant cette nouvelle génération, la Mercedes-AMG A 45 n'était pas vraiment donnée non plus. Celle qui fut durant quelques années la voiture équipée du quatre cylindres le plus puissant du marché avec 381 chevaux pouvait facilement atteindre la barre des 70'000, voire même 80'000 euros avec toutes les options qui vont bien. Une somme non négligeable pour une compacte, mais force est de constater qu'elle rencontra un sacré succès malgré une concurrence plus que féroce avec l'Audi RS 3 pourvue d'un cylindre en plus ou encore, dans une moindre mesure, la BMW M140i et son six cylindres en ligne.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, la Mercedes-AMG A 45 nouvelle génération n'existe pas encore. Nous savons simplement qu'elle dépassera la barre des 400 chevaux, toujours avec un quatre cylindres 2,0 litres. En revanche, une petite nouvelle l'a devancée, toujours une Classe A, mais une A 35, soit le nouvel "entrée de gamme" de chez Mercedes-AMG. Oui, moyennant environ 50'000 euros, vous pouvez maintenant avoir droit à un badge AMG sur votre carrosserie sans que ce soit un vulgaire pack esthétique qui vient dissimuler un vilain 1,5 litre diesel. Sous le capot, nous retrouvons un quatre cylindres 2,0 litres développant une puissance de 306 chevaux (à 5800 tr/min) et 400 Nm de couple (à 3000 tr/min). Sa cible principale est toute trouvée : l'Audi S3 Sportback. Le 0 à 100 km/h est annoncé en 4,7 secondes (la précédente A 45 de 381 chevaux réclamait 4,2 secondes pour cet exercice) et la vitesse maximale est de 250 km/h. Des chiffres tout à fait convenables pour une sportive de ce rang. La puissance est répartie au niveau des quatre roues via une boîte de vitesses robotisée à double embrayage à sept rapports.

Essai Mercedes-AMG A 35
Essai Mercedes-AMG A 35

Imperturbable

Contact et le quatre cylindres se met en marche avec une relative discrétion. Les voisins apprécieront, les clients qui l'utiliseront au quotidien aussi. Même à bord d'une sportive, surtout comme celle-ci, on aime pouvoir échanger avec son passager sans avoir besoin de hausser la voix. Si vous souhaitez du bruit et des pétarades à la levée de pied, il vous suffit d'enclencher le mode "Sport +" et les valves à l'échappement s'activent. On regrette simplement peut-être le petit manque d'allonge du moteur qui s'essouffle au-delà de 6000 tr/min. Merci également la boîte simulant un double débrayage avec talon-pointe, on se prendrait presque pour un pilote. Prendrait, c'est sans doute le mot juste, puisqu'il ne faut pas forcément en être un pour prendre du plaisir avec cette Mercedes-AMG A 35, quatre roues motrices mais évidemment davantage typée traction. Le couple peut toutefois être renvoyé à 50 %, pas plus, au niveau de l'essieu arrière lorsque la situation le demande. De ce fait, le train arrière ne pivote absolument jamais, le train avant plonge à la corde avec hargne, sans jamais s'écarter de sa trajectoire. Si vous arrivez trop vite, la béquille électronique, même ESP désactivé, viendra vous rappeler à l'ordre. En courbe, la Mercedes-AMG A 35 est agile, rapide, ne prend pas trop de roulis... Bref, c'est le parfait compromis sans offrir le grand frisson. En d'autres termes, donnez ça à n'importe quel conducteur lambda, il se sentira parfaitement à l'aise à son bord et s'offrira toutes les sensations nécessaires, sans se mettre en danger.

Essai Mercedes-AMG A 35
Essai Mercedes-AMG A 35

Pour vulgariser les choses, on lui demande de tout faire à cette Mercedes-AMG A 35. Du coup, elle fait tout bien, mais n'excelle dans aucun domaine. En termes de dynamisme, c'est bien mais elle ne vous laissera pas de souvenirs impérissables. Le confort ? Tout a fait correct pour un usage quotidien. L'assise des sièges baquets est un peu ferme mais rien de rédhibitoire. Les suspensions sont un poil sèches en compression mais là aussi, qu'importe, ce n'est pas non plus cassant. En revanche une chose nous a surpris, c'est son endurance. À rythme très soutenu, n'importe quelle sportive de ce rang tomberait en lambeau au bout d'un quart d'heure. Logique après tout puisque ce n'est pas forcément fait pour rouler couteau entre les dents sans discontinuité. Sauf que l'A 35 s'est montrée redoutable avec un freinage indestructible, des disques qui ne blanchissent pas au bout de cinq minutes et une pédale qui ne s'allonge pas de dix centimètres au bout du troisième virage. Les pneumatiques tiennent également bien la cadence, la répartition de la puissance sur les quatre roues évite certainement de fusiller rapidement les Pirelli P Zero de votre train avant. Du côté des consommations, nous avons relevé environ 8,2 l/100 kilomètres à allure constante et quasiment 20 l/100 kilomètres en conduite dynamique. Des données en corrélation avec le pedigree de la voiture, mais une Audi S3 aura tendance à être un peu moins gloutonne à ce niveau.

Tout est une question d'options

Plus basse de deux centimètres (1,40 mètre de hauteur) mais aussi plus longue de deux centimètres (4,44 mètres) qu'une Classe A classique, la voiture reçoit bien évidemment des boucliers plus larges et une double sortie d'échappement. Pourtant, si on retire la teinte jaune, le Pack Aérodynamique AMG (1900 euros) et les jantes AMG de 19 pouces (1150 euros) de notre version d'essai, l'A 35 semblerait presque passer pour une Classe A traditionnelle avec un petit pack esthétique en option. À l'intérieur, on retrouve le double écran de la Classe A. Il faudra en revanche composer avec une petite mesquinerie puisque l'écran central de dix pouces n'est pas de série et réclame une rallonge de 550 euros. Si vous n'optez pas pour cette option, vous aurez droit à un petit écran de sept pouces. Notre version d'essai est équipée du Pack Premium Plus (3800 euros) qui dispose de l'écran de dix pouces justement, de l'accès mains-libres, des sièges chauffants et électriques, d'un toit ouvrant, des projecteurs à LED ou encore des feux de route automatiques.

Essai Mercedes-AMG A 35
Essai Mercedes-AMG A 35
Essai Mercedes-AMG A 35

Beaucoup d'options évidemment, ce qui nous donne notre version d'essai non pas à 50'400 euros en prix de départ mais à 64'300 euros. Il faudra en plus de ça composer avec un malus écologique compris entre 4253 et 4673 euros. L'Audi S3 et ses 310 chevaux s'affichent à un tarif légèrement supérieur puisqu'il faudra compter 55'560 euros pour l'entrée de gamme, mais le malus est plus contenu puisqu'il s'échelonne de 2940 à 3756 euros. La BMW M140i, en fin de vie, facture ses performances supérieures et son six cylindres à partir de 52'030 euros (en propulsion) ou 54'080 euros (en quatre roues motrices), mais le malus assassin compris entre 7430 et 8173 euros pourrait en refroidir plus d'un. Finalement, c'est la Mercedes qui s'en sort le mieux dans ce domaine avec un prix un peu plus contenu malgré des performances légèrement inférieures à ses concurrentes, l'Audi S3 réclamant un dixième de moins au 0 à 100 km/h et la BMW trois dixièmes de moins. Pas sûr que cela motive les acheteurs à changer leur choix si l'A 35 est déjà bien ancrée dans leur esprit. En plus de ça la Mercedes offre un peu plus d'habitabilité avec un volume de coffre de 370 litres, soit 30 litres de plus qu'une S3 et 10 litres de plus que la M140i. Avec son empattement de 2,73 mètres, soit trois centimètres de plus que l'ancienne Mercedes-AMG A 45, l'A 35 soigne aussi les passagers à l'arrière grâce à un bel espace aux jambes.

Le mot de la fin

Aujourd'hui, à 50'000 euros, qu'est-ce qu'on peut avoir ? Pas mal de choses comme un Audi Q2 diesel quatre roues motrices avec moins de coffre qu'une Classe A. On peut aussi avoir cette sympathique petite A 35 qui n'est sans doute pas la plus redoutable des sportives mais qui a le mérite de tout faire de belle manière. Pas obligé évidemment d'avoir un modèle comme la nôtre évidemment, très tape à l'œil, une robe grise ou noire sans Pack Aérodynamique AMG et vous passerez pour un bon père de famille. Un bon père de famille qui n'en oublie pas sa petite famille avec une voiture qui peut accueillir quatre personnes confortablement, des bagages et en plus de ça rester très civilisée. Vous êtes seul dans la voiture ? Les petites routes de campagne vous narguent depuis quelques temps ? Vous avez aussi la voiture qu'il vous faut.

 
Points positifs Points négatifs
Endurance des composants Encore beaucoup d'options
Compromis confort/dynamisme Moteur qui manque un poil d'allonge
Sonorité agréable Consommations assez élevées

Mercedes-AMG A 35

Motorisation Essence, quatre cylindres en ligne, 1991 cm³, turbo
Puissance 306 chevaux / 400 Nm
Transmission Boîte de vitesses robotisée à double embrayage à sept rapports - DCT7
Type de transmission Intégrale
0-100 km/h 4,7 secondes
Poids 1555 kg
Volume de coffre 370 à 1210 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 9,3 l/100 km / Extra-urbain : 6,1 l/100 km / Mixte : 7,3 l/100 km
En vente 2019
Prix de base 50'400 €
Prix de la version testée 64'300 €

Galerie: Essai Mercedes-AMG A 35 (2019)