On passe de la 208... à la 204 !

Notre voyage touche à sa fin. Partis de Sochaux et de son Musée de L'Aventure Peugeot, nous avions laissé notre Peugeot 208 flambant neuf à notre confrère italien Massimo, de Motor1.com Italie à Rome, avant qu'il ne prenne lui-même la route pour 1000 km de plus, direction Palerme. 2000 km au total, que ce soit sur autoroute ou dans la circulation de Rome, qui nous auront permis de mieux connaître et appréhender la nouvelle citadine tricolore. Du confort au style en passant par toutes les innovations technologiques qui l'animent, comme les systèmes d'assistance qui aident le conducteur dans le chaos de la ville ou sur autoroute, cette nouvelle 208 a su nous séduire sur une très grande majorité d'aspects. 

Mais l'aventure ne s'arrête pas là, au contraire ! Si notre confrère italien va bel et bien devoir rendre cette 208, le voilà qui s'embarque dans un nouveau challenge : celui de la Targa Florio 2019. Et pour son baptême du feu dans une course de régularité classique, le voici qui se retrouve au volant de l'ancêtre de la 208 : la Peugeot 204 !

Sochaux - Palermo, il viaggio con la nuova Peugeot 208

Un saut dans le passé

Pour rappel il s'agit ici d'une course historique, l'une des plus anciennes au monde, que Peugeot a remporté en 1919 grâce à un certain André Boillot au volant d'une Peugeot L25. En 2019, 100 ans plus tard, la marque au Lion souhaitait célébrer cet anniversaire important en revenant à la "Cursa" en confiant à Massimo une 204 beaucoup plus moderne (produite en 1968) et appartenant à la Scuderia Classic Lions. Nous savons déjà qu'il sera difficile de répéter le succès de Monsieur Boillot.

La course elle-même a changé en 100 ans : il s'agit désormais d'un concours dédié aux voitures produites jusqu'en 1977, lesquelles circulent sur la voie publique, en ne faisant appel qu'à un roadbook papier. Donc pas de navigation par satellite. Deux types d'épreuves sont proposées : contre la montre et vitesse moyenne. Pendant la première, vous devez parcourir une certaine distance dans un certain laps de temps, la seconde prévoit plutôt que, sur une longue distance prédéfinie, vous mainteniez une certaine vitesse moyenne.

Des défis qui ne nécessitent donc pas d'aller vite, mais qui demandent une grande précision et harmonie avec le navigateur appelé à contrôler le temps pendant les contre-la-montre et à consulter le roadbook tout au long de la course.

Une passion est née

Au départ de Palerme, 80 équipages sont engagés dans cette Targa Florio 2019. Pour autant de voitures d'époque, que ce soit une Salmson GS 8 GD Sport de 1929, une Lancia Fulvia Coupé de 1976, en passant par une Fiat 508 Spider, une Lancia Aprilia, une Bugatti Type 51 ou encore Mercedes 300 SL. Pour ne citer qu'elles.

Un parterre capable de faire battre un millier de cœurs et prêt à parcourir plus de 600 km de haut en bas de la Sicile, en passant par Agrigente et la fascinante Vallée des Temples, le Cefalù ensoleillé, Termini Imerese et Floriopoli (ou Tribune di Cerda), où il y existe encore des stands et vestiges de la Targa Florio original.

Une course qui est aussi un voyage à la découverte de lieux enchanteurs sur des routes loin d'être parfaites à cause d'un asphalte laissé à la merci des éléments naturels, mais qui nous comblent par leurs courbes et des paysages à couper le souffle.

C'est ainsi que notre Massimo a totalement changé d'avis sur les courses de régularité. Si son a priori était négatif, pensant à des "promenades pour de vieux messieurs", au fur et à mesure des kilomètres il a découvert une compétition rassasiant à la fois son esprit de compétition surdéveloppé et son goût pour le voyage. 

Galerie: Sochaux - Palerme, voyage en Peugeot 208 vers la Targo Florio Classic