Les 230i et M240i resteront-elles de vraies petites sportives.

Les temps changent juste un peu plus vite que d'habitude. Et ils ne changent pas nécessairement en faveur du classique coupé sportif à moteur thermique. Mais BMW a décidé de ne rien changer pour la nouvelle Série 2. Son prédécesseur était l'un des meilleurs dans le domaine. Et heureusement, la firme munichoise conserve la même formule pour la future Série 2. 

Le système de traction avant et les moteurs transversaux présent sur la Série 2 Gran Coupé n'ont jamais été envisagés pour cette nouvelle mouture. La Série 2 à deux portes, comme je ne cesse de l'entendre lors de cette journée d'essai au centre de développement de BMW à Maisach, est une voiture pour les fans. C'est pourquoi on retrouve la configuration classique des BMW, en propulsion ou en quatre roues motrices, avec un six cylindres en ligne.

BMW 230i Coupe (2021) PreDrive
BMW 230i Coupe (2021) PreDrive

Aujourd'hui, pour la première fois, nous allons savoir si le comportement dynamique est aussi bien qu'avec l'ancienne F22. BMW nous a invité à l'essai de prototypes techniquement déjà terminés. Et l'on commence par la nouvelle 230i.

Comme l'autre Série 2, elle partage la plupart de son architecture avec les actuelles Série 3 et Série 4. Il est toutefois intéressant de noter que le Z4 présente également quelques points communs. Les réglages des essieux avant et arrière, par exemple, sont les mêmes. En outre, la Série 2 pourrait être pratiquement sans compromis, et l'essieu arrière pourrait être encore plus rigide que sur la Série 4, "car dans cette voiture, cela n'est pas si important pour le client pour des raisons d'acoustique et de confort", comme le précise le chef de projet Martin Gruber. 

Dans l'ensemble, la carrosserie est également devenue 12 % plus rigide. Cela permet d'élargir les possibilités de réglage du châssis et d'accroître la précision de la direction. Les modifications apportées à l'essieu avant permettent également un carrossage négatif, ce qui améliore le comportement en virage.  

Pour l'heure, on ne peut rien vous montrer. Comme vous le voyez sur les photos, les prototypes sont terriblement bien camouflés. Dommage, car dans une pièce fermée du site d'essai, nous avons pu avoir eu un aperçu de la voiture finie et on peut vous assurer qu'elle réconciliera de nombreuses personnes qui ont récemment eu des problèmes avec les écarts de design de Munich. En d'autres termes, ce coupé est absolument magnifique. Vivement qu'elle soit officialisée en ce mois de juin !

Ceci dit, même avec ce camouflage, on peut voir qu'il y aura un capot très long et un arrière plutôt court. À côté de l'ancienne Série 2, la nouvelle ne semble pas vraiment plus grande, même si elle a quand même grandi en termes de dimensions. L'empattement s'allonge de 51 millimètres, la largeur des voies de 52 millimètres à l'avant et de 31 millimètres à l'arrière. En outre, les roues, jusqu'à 19 pouces, peuvent désormais équiper la Série 2 de base.

Le portefeuille de motorisations au lancement comprendra les modèles 220i, 220d, 230i et le six cylindres M240i xDrive, dont une version propulsion sera également proposée un peu plus tard. La M2 suivra en 2023, mais autant vous prévenir tout de suite, il n'y aura pas de version en boîte manuelle manuelle. La seule option de la gamme complète est la boîte automatique ZF à 8 rapports. 

La 230i propulsion est équipée du moteur turbo 2,0 litres. Il développe 245 chevaux et, à vrai dire, c'est probablement tout ce dont vous avez besoin. Comme sur les Série 3 et 4, le moteur B48 est une crème de quatre cylindres, très doux, très vif en montant dans les tours et plus que suffisamment rapide − le 0 à 100 km/h se fait en 5,9 secondes.

Galerie: BMW 230i Coupe (2021) premier essai

Quelques mètres à son volant nous suffisent pour déceler sa nature extrêmement agile, presque hyperactive. Ici, un modèle semble avoir finalement prévalu dans la mise au point des modèles sportifs du groupe. Par rapport à la M240i (nous y reviendrons dans un instant), l'essieu avant est encore plus léger et plus joueur avec le quatre cylindres. Les temps de réponses sont ridiculement rapides. Là encore, la direction semble un peu synthétique et trop agile, mais il est difficile de nier que ce véhicule particulièrement vif est agréable à conduire.

L'équilibre (répartition des masses de 50/50) est réussi. La voiture dispose d'un train avant incisif, mais vous fait toujours savoir que la puissance provient de l'essieu arrière. La voiture d'essai n'est pas équipée de la suspension adaptative, mais possède le différentiel arrière à glissement limité en option.   

La position de conduite et les sièges sport de série sont parfaits. Sinon, l'intérieur emprunte beaucoup à la grande Série 4. Un petit inconvénient : si la voiture est équipée du toit en verre, il devient vite un peu étroit pour le sommet de la tête.

La voiture est sèche en suspension, mais pas inconfortable, juste très bien suspendue et de bonne qualité. Par rapport à la Série 4, la Série 2 a été radicalisée dans sa mise au point. Elle semble encore plus incisive, permettant moins de mouvements de caisse. Sur route détrempée, la 230i peut même se conduire un peu en travers. Il ne faut pas beaucoup d'efforts pour que la "machine à dérive", comme les ingénieurs de BMW ont baptisé la Série 2 pendant le développement, se mette à survirer.

BMW 230i Coupe (2021) PreDrive

On passe à la M240i xDrive. Bien sûr, le quatre cylindres est intéressant et charismatique pour un quatre cylindres, mais le six cylindres B58 de BMW évolue dans un monde différent. Avec 374 ch et 500 Nm, elle est plus puissante que la première M2. C'est si souple, si follement enthousiaste, tout semble si léger.

Et il confère à la M240i un punch, un athlétisme, des performances que les quatre cylindres aussi puissants ne peuvent tout simplement pas générer. La voiture passe de 0 à 100 km/h en 4,5 secondes, avec une vitesse de pointe de 250 km/h.

En plus de cela, le six cylindres sonne également très bien. Dans la Série 2, plus sauvage et plus sportive, le département chargé de la sonorité a évidemment été autorisé à faire un peu plus de folies. C'est une bonne chose ! Comme je préférais l'attitude old school de la 430 à la sportivité excessive, exagérée et forcée de la M440i, j'avais aussi des doutes sur le prototype M240i. Mais ici, c'est un peu différent.

BMW M240i xDrive Coupe (2021) PreDrive
BMW M240i xDrive Coupe (2021) PreDrive
BMW M240i xDrive Coupe (2021) PreDrive

La voiture semble tout simplement plus ronde dans son comportement. La façon dont elle se conduit, et surtout la vitesse à laquelle elle va, est relativement proche de l'ancienne M2. Elle se montre même un peu plus tranchante que son aînée. Et elle a une suspension beaucoup plus précise. Là encore, la M240i était équipée de la suspension adaptative M Sport en option, ce qui montre à quel point les amortisseurs ont été travaillés.

Même sur de très mauvais tronçons de route, la voiture ne perd jamais son sang froid. Elle est à nouveau très directe et enjouée, mais facile à contrôler. Et le confort de conduite reste toujours excellent, même dans les modes de conduite plus sportifs.  

On peut aussi souligner le travail fait sur la transmission intégrale. Même les fans inconditionnels de la propulsion trouveront qu'il n'y a pratiquement rien à redire. Bien au contraire. La M240i xDrive, avec son différentiel à glissement limité de série, se comporte comme une propulsion, sauf qu'elle a beaucoup plus d'adhérence. C'est particulièrement évident sur route humide. Là où une M2 a du mal à décoller, la M240i suit stoïquement son cours avec des vitesses de passage en courbe étonnamment élevées. Mais elle sait aussi rester fun.

Même si nous n'avons pas encore eu la chance de conduire le produit final, on peut dire que BMW a, comme dit précédemment, mis une voiture sur la route pour les fans. Peut-être que tout le monde ne s'entendra pas avec l'approche actuelle, quelque peu hyperactive, de BMW en matière de performances. Mais cela ne change rien au fait que la nouvelle Série 2 est une machine à piloter superbement motorisée et fantastiquement suspendue.

Pour l'heure, les travaux battent leur plein pour préparer la production à l'usine de San Luis Potosi, au Mexique, où toutes les nouvelles Série 2 sortiront des chaînes. Le lancement sur le marché est prévu pour le début de 2022.

Galerie: BMW M240i xDrive Coupe (2021) PreDrive