Essai Bentley Flying Spur W12 S - La belle et la bête

Le rendez-vous était pris jeudi dernier à Stuttgart, non pas pour essayer une Mercedes ou une Porsche, mais bel et bien pour prendre le volant d'une Bentley. Une expérience unique à bien des égards.

Unique tout d'abord parce qu'elle nous a permis de piloter la plus sportive représentante de la gamme Flying Spur – en l'occurence la W12 S de 635 ch. Unique aussi par la découverte de la société de luxe française Lalique, partenaire pour l'occasion de la marque britanno-germanique avec la réalisation d'un coffret de parfum unique – le Black Cristal Edition –, limité à seulement 12 exemplaires.

Pour votre serviteur, c'était la première rencontre avec une limousine de la marque Bentley. Un moment qui allait s'avérer inoubliable.

Désormais bien connue du paysage de l'automobile d'exception, la Bentley Flying Spur – dont les origines remontent à 2013 – est la descendante de la Continental Flying Spur. C'est aussi une concurrente prestigieuse des Audi A8, BMW Série 7 et Mercedes Classe S. La Bentley Mulsanne jouant dans une catégorie encore supérieure.

 

Bentley Flying Spur W 12 S

Comme le bon vin 

Avec les années et comme le bon vin, la Flying Spur a gagné en caractère. Le trait est statutaire, les arêtes plus saillantes, et comme nous l'a expliqué Crispin Marshfield – responsable du design extérieur Bentley – le travail effectué sur les flancs de l'auto rendent cette Flying Spur à nulle autre pareille. On retrouve bien évidemment la signature visuelle Bentley, avec ces optiques rondes et cette calandre "roya...