Essai Peugeot 208 1.6 BlueHDi 120 - Citadine sobre et polyvalente

Remplaçante de la 207, la Peugeot 208 a été lancée en 2012, puis s'est offert un restylage au printemps 2015, afin de relancer ses ventes après trois ans de carrière et plus d'un million d'exemplaires commercialisés. La citadine polyvalente du Lion poursuit son combat sans relâche afin de détrôner sa rivale de toujours, la Renault Clio, elle aussi récemment restylée.

Lire : Essai - Mini Clubman Cooper S

Véritable best-seller du Lion, la citadine polyvalente n'a pas bouleversé son style, légèrement retouché pour l'occasion, et s'est offert quelques nouveautés. Au programme : une gamme enrichie d'une nouvelle finition GT Line, de nouveaux équipements, sans oublier des motorisations essence et diesel remises au goût du jour.

Un restylage discret

Lors de son lifting de mi-carrière, esthétiquement, la Peugeot 208 n'a que très peu changé : le bouclier avant a été revu avec une calandre plus arrondie et mieux intégrée, embarquant de discrets inserts chromés. Les antibrouillards sont quant à eux intégrés en bas du bouclier et surmontés d'une crosse chromée, afin de mieux rappeler le nouveau design Peugeot. Les phares embarquent désormais un masque sombre, de même qu'à l'arrière où les feux à LED ont été retouchés, avec trois larges griffes lumineuses qui évoquent celles du Lion, emblème de la marque.

Peugeot agrémente ce discret restylage d'une nouvelle offre de personnalisation : un Orange Power métallisé et deux peintures mates texturées rejoignent le catalogue, ainsi que de nouveaux packs colorés de personnalisation intérieure et extérieure, qui viennent s'ajouter à des jantes alliage redessinées. Mais l'une des nouveautés les plus intéressantes réside dans cette nouvelle finition qui vient enrichir l'offre : GT Line, celle de notre modèle d'essai, qui propose sur les motorisations de cœur de gamme le look des versions plus dynamiques et sportives de chez Peugeot : interprétation française des S Line d'outre-Rhin, dont le succès n'est plus à démontrer. Nous y retrouvons à l'intérieur un garnissage mi-cuir et un volant sport spécifiques, ainsi que des éléments en aluminium, sans oublier des touches colorées rouges à l'intérieur et à l'extérieur, le tout n'étant pas sans rappeler la sportive 208 GTi.

Essai Peugeot 208 GT Line 1.6 BlueHDi 120

Un intérieur ergonomique et innovant

Lors de sa présentation en 2011, la Peugeot 208 a surpris en offrant un intérieur totalement inédit sur le marché : celui qui a été par la suite baptisé Peugeot i-Cockpit rassemble un petit volant compact, un combiné surélevé dont la lecture se fait par dessus le volant (et non à travers les branches de ce dernier), ainsi qu'un écran tactile de 7 pouces intégré au centre de la planche de bord, qui rassemble toutes les fonctionnalités de la voiture : radio, lecteur multimédia, navigation GPS, kit mains-libres Bluetooth, réglages du véhicule, etc... La finition est dans l'ensemble très correcte pour la catégorie, malgré quelques inévitables plastiques durs situés en partie basse. Petit bémol toutefois pour les inserts noirs laqués, qui apportent une finition flatteuse mais dont la surface deviendra vite un piège à rayures et à poussière.

L'apport d'un écran tactile permet de simplifier le design de la console centrale, qui se voit débarrassée de nombreux boutons superflus, à l'exception de la climatisation qui se gère toujours avec de traditionnels boutons. Le lecteur CD disparaît de l'habitacle, mais est toujours disponible en option : il prend alors place dans la boîte à gants, mais se révèlera très encombrant alors que celle-ci propose une capacité de rangement généreuse. Le coffre l'est également, avec une capacité de 285 litres VDA, qui peut atteindre les 1076 litres une fois la banquette arrière rabattue.

Pour son restylage, la Peugeot 208 se voit offrir quelques équipements supplémentaires : notons l'arrivée d'une caméra de recul, d'un système de freinage automatique d'urgence dénommé Active City Brake (qui ne fonctionne qu'en ville jusqu'à 30 km/h environ), le support de MirrorLink (Android) et de CarPlay (Apple) afin de dupliquer l'écran de son smartphone directement sur l'écran tactile de la voiture, sans oublier une offre de services connectés améliorée avec l'arrivée des Peugeot Connect Packs : carnet d'entretien connecté, système de suivi de l'utilisation et des consommations du véhicule, sans oublier un très utile système de géolocalisation GPS de la voiture en cas de vol. Le Park Assist, très pratique en ville, permet quant à lui de laisser la voiture nous assister lors des manœuvres de stationnement.

Essai Peugeot 208 GT Line 1.6 BlueHDi 120

Une citadine sobre et polyvalente

Sur la route, les bénéfices de cet intérieur i-Cockpit innovant se ressentent dès les premiers tours de roue : selon votre aisance au volant, il vous faudra peut-être un certain temps pour vous y habituer, mais une fois que l'on y a goûté, il est difficile de revenir à nouveau à un véhicule plus conventionnel. En effet, le petit volant est un régal d'ergonomie : il permet une précision et une maniabilité sans faille, d'autant plus en conduite dynamique où l'on a vraiment l'impression de faire corps avec la voiture, mais également en situation urbaine où la légèreté de la direction s'associe à un bon rayon de braquage (5,3 mètres) pour faciliter les manœuvres. Le combiné surélevé est quant à lui très lisible, et permet d'obtenir l'information désirée facilement sans quitter la route des yeux.

Au niveau du châssis, la 208 fait figure de référence dans la catégorie : on retrouve le toucher de route légendaire de la marque au Lion, avec un comportement très équilibré et une excellente remontée d'informations. L'amortissement offre un bon compromis entre confort et tenue de route, même sur notre modèle d'essai équipé de roues de 17 pouces, et le roulis est quasi-inexistant même dans les virages serrés pris à vive allure.

Sous le capot de notre version d'essai, nous retrouvons une motorisation quatre-cylindres turbo diesel : le 1,6 litre BlueHDi qui offre 120 chevaux et 285 Nm de couple. Il est associé à une boîte mécanique à 6 rapports, dont la commande est précise et agréable à l'utilisation. En pratique, cette motorisation est un excellent choix si vous recherchez une citadine polyvalente : bien qu'elle soit un peu bruyante de nature, l'insonorisation correcte gomme ce problème, et on apprécie alors ses qualités en ville avec une grande souplesse à bas régime, mais également sur la route avec des accélérations et des reprises franches (le 0 à 100 km/h est effectué en 9,4 secondes). Sans pour autant égaler la sobriété de la version BlueHDi 100 chevaux (qui se révèle moins polyvalente), le BlueHDi 120 chevaux propose, en théorie, une consommation mixte de 3,6 litres/100 km : en pratique, comptez plutôt 5,5 litres en moyenne, une donnée tout à fait raisonnable compte tenu de la cylindrée et de la puissance offerte. Le tout pour des émissions de 94 g de CO2/km, ce qui vous permettra d'échapper au malus écologique.

Essai Peugeot 208 GT Line 1.6 BlueHDi 120

En conclusion

Avec son intérieur innovant et son comportement dynamique, la Peugeot 208 est sans aucun doute la référence de son segment. On apprécie le plaisir de conduite ressenti à son volant, ainsi que sa tenue de route irréprochable. A l'occasion de son restylage, la citadine du Lion gagne quelques équipements modernes et bienvenus, mais on regrette toutefois l'absence de certains, par exemple l'accès et démarrage sans clé, un petit plus bien pratique au quotidien. Mais l'arrivée dans la gamme de cette nouvelle finition GT Line, qui équipe notre modèle d'essai, est fort appréciable : elle permet d'offrir un look sportif et valorisant tout en rendant celui-ci plus accessible, avec une palette de motorisations de cœur de gamme.

Sur l'ensemble de la gamme, l'offre de motorisations est riche, allant du petit trois-cylindres essence de 68 chevaux à la puissante GTi et son quatre-cylindres turbo de 208 chevaux, tandis qu'en diesel on retrouve le quatre-cylindres BlueHDi qui est décliné de 75 à 120 chevaux. Cette dernière version, à l'essai aujourd'hui, est un bon compromis entre sobriété et polyvalence, et s'avère être un excellent choix pour les gros rouleurs. On ne regrette que l'absence d'une transmission automatique, une boîte EAT6 à 6 rapports, qui offre un bon agrément, étant proposée sur le trois-cylindres essence PureTech de 110 chevaux.

Les tarifs de la gamme 208 débutent quant à eux à partir de 12'700 €, pour une finition Access 3 portes équipée du 1.0 PureTech 68 ch. Pour notre version GT Line 5 portes animée par le 1.6 BlueHDi 120 ch à l'essai, comptez un prix d'entrée à 23'000 €, hors options.

Photos : Tran Ha / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
Agrément de conduite Pas de boîte automatique
Comportement et tenue de route Pas d'accès et démarrage mains libres
Ergonomie du poste de conduite Lecteur CD encombrant (en option dans la boîte à gants)
Lire l'essai completVoir moins