Essai Range Rover Evoque Cabriolet - Lancement d'une nouvelle mode ?

Les cabriolets n'ont plus vraiment la cote ces derniers temps. Pour preuve, ceux-ci disparaissent peu à peu des gammes chez les constructeurs. Cependant, certaines marques s'affairent à proposer encore quelques déclinaisons à toit rétractable, même si elles ne représentent qu'un marché de niche. Ainsi, Audi, Mercedes, BMW ou encore Porsche proposent à leurs clients des déclinaisons de leurs modèles phares, des marques prestigieuses en somme, et il va falloir compter maintenant sur une nouvelle marque que l'on n'attendait pas forcément.

Fabriquant haut de gamme de tout-terrains et de SUV, Land Rover était sans doute la dernière marque à laquelle on pense si l'on souhaite s'offrir un cabriolet. Ça, c'était jusqu'à l'année dernière, puisque le constructeur britannique vient de lancer le Range Rover Evoque Cabriolet, une version décapotable de son SUV phare. Un SUV décapotable ? N'est-ce pas antinomique ? Certes, mais pas franchement illogique au vu de l'utilisation qu'en fait la clientèle de la marque. Est-ce donc le lancement d'une nouvelle mode ? Que vaut la voiture sur la route et en dehors des sentiers balisés ? C'est ce à quoi nous allons essayer de répondre.

Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet

Étrange, vous avez dit étrange ?

Faire d'un SUV un cabriolet, il fallait oser. Seuls Nissan et son Murano CrossCabriolet s'y étaient essayés aux États-Unis avec quatre années de commercialisation et un succès pour le moins discutable. Mais concrètement, sur le marché actuel, lequel pouvait le mieux s'y prêter ? L'Evoque sans aucun doute, ou éventuellement le récent Mercedes GLC Coupé. Dans tous les cas, un SUV aux lignes tendues et à l'aspect dynamique. En 2011, à l'arrivée sur le marché, l'Evoque bousculait déjà les codes avec sa petite surface vitrée, son toit fuyant ou encore ses teintes bicolores. En 2016, Land Rover va encore plus loin en lui ôtant son toit, mais il conserve toutefois son même gabarit avec ses 4,36 mètres de long, sa conception avec trois portes, et une ceinture de caisse très haute pour cet aspect de robustesse.

Escamotable en seulement 18 secondes et cela jusqu'à 50 km/h, le toit n'a pas vraiment grand-chose à faire en position fermée. Déjà d'une part, il confère une allure plutôt étrange à la voiture, puis d'autre part, car par définition, quand on achète un cabriolet c'est pour rouler décapoté. Une fois le toit rétracté donc, c'est là que s'apprécie l'étrange parallèle fait entre un tout-terrain et un véhicule de loisir. Le regard des gens en dit d'ailleurs assez long sur ce type de carrosserie. La voiture attise la curiosité, surtout quand on observe le logo Land Rover sur le capot, tout l'inverse de ce type de voiture dans la pensée des gens, souvent restés cloîtrés à l'idée que Land Rover ne faisait que des tout-terrains pur et dur mêlant à la fois luxe et efficacité en milieu hostile.

Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet
Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet

Et la technologie dans tout ça ?

Une fois le seuil de porte franchi, nous pénétrons au sein d'un habitacle d'ores et déjà bien connu par les clients de l'Evoque classique. Il s'agit ni plus ni moins d'un copié-collé avec tout ce que cela comporte de bien et de moins bien. Outre la qualité et le choix des matériaux, nous regrettons un assemblage parfois approximatif dans certaines zones. Incohérent pour une voiture qui se veut premium, même si, malheureusement, elle n'est pas la seule. En dehors de cet élément qui paraître n'être qu'un détail pour certains, l'ergonomie est plutôt bonne avec des commandes qui tombent directement sous la main, sans extravagances particulières, hormis peut-être l'écran tactile centrale très incliné.

Justement, en dehors de ce nouvel écran tactile de 10,2 pouces qui regroupe à peu près tout ce que nous retrouvons dans une voiture moderne aujourd'hui, il manque un peu de nouvelles technologies à bord. Quid de l'instrumentation digitale par exemple ? Outre cela, l'Evoque Cabriolet n'est pas non plus complètement aux antipodes des nouvelles normes technologiques de son segment. Au catalogue, Land Rover propose tout de même l'assistance au stationnement, la vision à 360°, le contrôle des angles morts et la détection de la circulation en marche arrière ou encore l'assistance au maintien de trajectoire et le contrôle de vigilance du conducteur (Pack Assistance au conducteur avancé : 2829 euros).

Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet
Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet
Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet
Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet
Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet

Toujours tout-terrain ?

Land Rover n'a pas tergiversé pour cette version Cabriolet. Pas de version deux roues motrices au catalogue, le Range Rover Evoque Cabriolet n'est disponible qu'en transmission intégrale. Pas de boîte manuelle non plus, seule la boîte automatique à neuf rapports peut être sélectionnée. En revanche, au niveau des motorisations vous aurez le choix, pas énormément certes, mais la possibilité d'opter pour deux diesels de 150 et 180 chevaux et un essence de 240 chevaux. Pour notre version d'essai, nous avons opté pour l'une des versions si ce n'est la version la plus vendue : le bloc quatre cylindres de 2,0 litres développant 180 chevaux et 430 Nm de couple.

Autant vous le dire tout de suite, au vu du poids de la voiture (1967 kilos), ses 180 équidés sont le minimum requis. Afin de pallier l'absence du toit, c'est toute une armature qui a été rajoutée afin de rigidifier l'auto. Ce sont donc 300 kilos qui viennent s'ajouter sur la balance par rapport à un Evoque classique. C'est beaucoup certes, mais si l'Evoque Cabriolet veut s'inscrire comme un véritable Land Rover, c'est le minimum pour n'observer aucune torsion de caisse ni craquement suspect lors de nos exercices de franchissements.

Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet
Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet

Concrètement, et pour la forme, cette version Cabriolet est bien un Land Rover. Mais dans les faits, et comme pour 90% des clients de la marque, aucun ne s'essaiera au franchissement, malgré la présence du mode "Terrain Response" qui propose plusieurs modes de conduite suivant les conditions. C'est donc principalement sur la route et en ville que nous l'avons essayé. Et forcément, le poids supplémentaire lui joue quelques tours sur des terrains plus conventionnels. Si vous recherchez du dynamisme, passez votre chemin. Les 430 Nm de couple sont le minimum pour relancer la voiture, celle-ci n'est d'ailleurs pas franchement aidée par la boîte de vitesses automatique à neuf rapports, plus économique que réactive.

Son poids la pénalise beaucoup, mais heureusement, le dynamisme n'est pas franchement ce que l'on recherche à son bord

Les performances sont d'ailleurs explicites avec un 0 à 100 km/h abattu en plus de dix secondes. Fort heureusement, elle possède un mode sport et des palettes au volant, de quoi reprendre la main et augmenter un peu le rythme, d'autant plus que la voiture est loin d'être pataude, malgré son poids, grâce à des mouvements de caisse bien maîtrisés et très peu de prise de roulis. Petit bémol en revanche concernant la direction, un peu trop molle et peu consistante.

Sur autoroute, nous n'avons relevé aucun bruit d'air parasite, la capote insonorise parfaitement l'habitacle. Une fois décapoté, c'est pareil, avec ce pare-brise très incliné façon speedster. Nous sommes parfaitement protégés et nous pouvons largement envisager de rouler à 130 km/h en toute tranquillité sans hausser le ton avec son passager. Le Range Rover propose qui plus est les sièges chauffants et le volant chauffant pour s'immuniser du froid. Seul le chauffage de nuque manque pour un Cabriolet haut de gamme parfaitement complet. Petite mesquinerie en revanche, l'indispensable filet anti-remous facturé 300 euros par Land Rover...

Land Rover Range Rover Evoque Cabriolet

Conclusion

Côté consommations, sans vraiment solliciter la voiture, nous avons relevé des données aux alentours de 8,2 l/100 km, soit environ 2 litres de plus que les consommations annoncées. En France, le Range Rover Evoque Cabriolet en version diesel TD4 est pourvu d'un malus de 1260 euros en raison de ses rejets de 149 grammes de CO2/km. Côté tarifs, il faudra compter sur un budget minimum de 52'800 euros pour une version équipée du moteur de 150 chevaux. Les tarifs grimpent ensuite assez rapidement en optant pour la multitude de packs proposés par Land Rover, jusqu'à atteindre plus de 70'000 euros pour notre version d'essai. C'est environ 5000 euros de plus, en moyenne, qu'un Range Rover Evoque cinq portes.

Lire aussi :

Pour répondre à notre question du début : est-ce le lancement d'une nouvelle mode ? Nous ne pouvons pas encore répondre concrètement à cette question mais nous pensons que oui. En effet, la concurrence attend très certainement les premiers résultats commerciaux de la voiture afin de savoir si oui ou non il faut se lancer sur ce segment. C'est une stratégie bien commune, puisque BMW et son X6 ont attendu assez longtemps afin que la concurrence décide de lancer son premier SUV Coupé. D'ailleurs, pratiquement dix ans plus tard, certains, comme Audi, se lancent à peine, a contrario de Mercedes, déjà bien avancé sur le segment.

Photos : Yann Lethuillier - Guillaume Nédélec / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
Aucun bruit d'air parasite Direction peu consistante
Look non conventionnel Technologies à bord
Un "vrai" Land Rover Poids de la voiture
Lire l'essai completVoir moins