Essai Volkswagen Passat GTE - Un temps d'avance sur demain

Si Volkswagen semble s'orienter de plus en plus vers le tout électrique, il n'en demeure pas moins que les véhicules hybrides ont encore de beaux jours devant eux. Et parmi toutes ces propositions, une d'entre elles nous semble alléchante puisqu'elle conjugue habitabilité, confort et dynamisme, le tout, au sein d'une seule et même voiture : la Volkswagen Passat GTE.

Il s'agit de la seconde GTE lancée par Volkswagen, elle fut introduite en 2015 tandis que sa cousine, la Golf GTE, fut lancée un an plus tôt. Pourtant, ces deux produits ne sont pas les premières hybrides de la marque allemande. Avant elle, il y eut la Jetta Hybrid, une étonnante proposition qui conjuguait moteur essence de 150 chevaux, boîte DSG et moteur électrique de 27 chevaux. Elle devait surtout assurer le rôle de mulet pour les deux versions que nous connaissons actuellement.

Volkswagen Passat GTE
Volkswagen Passat GTE

Subtilités esthétiques

Pour différencier une Passat GTE d'une Passat traditionnelle, il faudra être attentif. Les détails sont plus ou moins subtiles, à l'intérieur comme à l'extérieur, avec quelques touches de bleu disséminées ici et là. On retrouve par exemple un liseré bleu qui sépare la jonction entre le capot, les feux avant et la calandre, des sigles GTE sur la calandre, la malle du coffre et les flancs, une double sortie d'échappement trapézoïdale ou encore des feux de jour à LED en forme de C.

Pour l'intérieur c'est encore plus discret, on remarque quelques surpiqûres au niveau des sièges et du soufflet de levier de vitesses, des badges GTE au sommet de la colonne centrale et au niveau du volant, et des petites lumières bleues spécifiques qui viennent orner la planche de bord et les contre-portes afin de dynamiser un habitacle un peu austère mais toujours aussi qualitatif. L'instrumentation et le système multimédia se gèrent toujours via un écran tactile de 12,3 pouces et l'Active Info Display, ce combiné d'instrumentation numérique qui génère un lot incalculable d'informations, de quoi parfois s'y perdre.

Batterie oblige, l'habitabilité et le coffre perdent un peu en volume, ainsi, la GTE dispose d'une contenance allant de 402 à 968 litres une fois les banquettes rabattues, bien en dessous d'une Passat berline classique qui offre de 586 à 1152 litres. Si vous souhaitez du volume, la Passat GTE est aussi disponible en version break SW, à contrario de sa cousine Golf, qui n'est, elle, pas disponible en break.

Volkswagen Passat GTE
Volkswagen Passat GTE
Volkswagen Passat GTE

Que cache-t-elle sous sa robe ?

Utilisant la plateforme de la Golf, la Passat GTE en reprend également la motorisation avec un bloc thermique 1,4 litre TSI qui développe 156 chevaux de 5000 à 6000 tr/min et un couple de 250 Nm entre 1600 et 2500 tr/min. Au niveau du moteur électrique, la puissance évolue légèrement par rapport à la Golf GTE avec 115 chevaux et une batterie lithium-ion de 8,7 kWh. Résultat ? La Passat développe la bagatelle de 218 chevaux et 400 Nm contre 204 chevaux et 350 Nm de couple pour la Golf GTE.

Il n'en fallait pas moins pour propulser les 1647 kilos de la voiture, celle-ci pèse d'ailleurs 309 kilos de plus qu'une Passat classique équipée d'un bloc 1,4 litre TSI de 150 chevaux avec la boîte DSG7. Pourtant, les performances sont bien au rendez-vous avec un 0 à 100 km/h annoncé en seulement 7,4 secondes, une donnée intéressante puisque c'est tout de même trois dixièmes de moins qu'une version 2,0 litres TDI 190 chevaux DSG6, pourtant plus légère de 173 kilos.

Volkswagen Passat GTE
Volkswagen Passat GTE

Plutôt autoroutes ou ruelles étroites ?

Grands boulevards va-t-on dire. La Passat GTE dispose de plusieurs modes de conduite, dont le très intéressant E-mode qui permet de rouler en tout électrique. Il offre une autonomie de 50 kilomètres (après recharge de 4h15 sur prise secteur ou 2h30 sur Wallbox) et en prime, l'énergie peut se régénérer au freinage et au lever de pied. Volkswagen tient bien ses chiffres puisque nous avons réalisé plusieurs parcours urbains sans jamais utiliser le moteur thermique. Sur autoroute, à vitesse stabilisée, nous avons même pu rouler une trentaine de kilomètres sans régénération de l'énergie, et en tout électrique.

Volkswagen Passat GTE

Le second mode permet d'utiliser le moteur thermique et le moteur électrique conjointement, et ce passage se fait de façon totalement transparente tant le bloc essence est silencieux. Le moteur électrique va donc venir en soutien au moteur thermique. Le troisième mode appelé "Battery Charge" lui permet d'utiliser uniquement le moteur essence, la voiture va donc logiquement plus consommer, mais elle récupérera davantage d'énergie et le moteur électrique ne servira plus que de générateur.

La boîte de vitesses joue également son rôle dans la récupération d'énergie avec un mode B, une alternative au mode D habituel de la DSG, qui permet d'accentuer la récupération d'énergie au freinage et au lever de pied. Concrètement, vous n'aurez même plus besoin d'utiliser la pédale de frein tant ce système est efficace !

La Volkswagen Passat GTE est à nos yeux la berline parfaite pour circuler en milieu urbain.

Côté consommation, on oublie les chiffres ridicules en cycle NEDC, qui affirment une consommation mixte de 1,6 l/100 km et des rejets de 37 g/km. Volkswagen est d'ailleurs bien plus terre à terre et communique plutôt sur une consommation mixte aux alentours de 4,5 l/100 km. De notre côté, nous avons relevé durant notre parcours des consommations se situant autour de 5,8 l/100 km, un excellent résultat pour une voiture de ce type.

Enfin, car nous avons tous un côté enfantin, la Passat GTE possède une dernière commande estampillée GTE qui permet de disposer de toute la puissance des moteurs, et cela même sans avoir recours au kickdown. La direction se raffermit, les suspensions se durcissent (seulement avec l'option DCC facturée 1265 €), la pédale d'accélérateur devient plus sensible, et les passages de rapport sont plus rapides. Un générateur de son se charge même de couvrir les envolées lyriques du 1,4 TSI par un son rauque qui n'est pas sans rappeler certains cinq cylindres de l'époque... La Passat ne devient pas non plus une vraie sportive, mais force est de constater qu'elle marche plutôt pas mal, et se débrouille plutôt bien aux sorties de péage sur les premiers mètres.

Volkswagen Passat GTE
Volkswagen Passat GTE
Volkswagen Passat GTE

Conclusion

Pour vous offrir une Volkswagen Passat GTE, il faudra mettre la main au porte-monnaie car elle se négocie aux environs de 50'000 €, à partir de 48'430 € pour être précis, sans options supplémentaires. Mais en a-t-elle réellement besoin ? La voiture est d'emblée basée sur une finition Carat, soit le plus haut niveau de finition, hors série spéciale bien entendu. Nous retrouvons donc le régulateur adaptatif, la caméra de recul, le Park Assist, la sellerie mêlant cuir et Alcantara ou encore les sièges chauffants.

Volkswagen y ajoute 3000 € d'options supplémentaires habituellement facturées sur la Passat en finition Carat classique avec d'entrée sur la GTE l'Active Info Display, la navigation Discover Pro, les projecteurs full LED et l'App-connect permettant d'accéder aux contenus et aux applications d'un smartphone. Volkswagen fournit bien entendu les prises adéquates avec une prise secteur classique et une prise pour Wallbox afin de recharger les batteries.

L'État vous accorde dans sa bonne grâce un bonus écologique de 1000 € lors de l'achat de cette voiture en raison de ses faibles émissions de CO2, ce qui revient à un prix situé globalement entre 48'000 et 52'000 €, soit pratiquement autant qu'une Passat 2,0 litres TDI de 190 chevaux en finition Carat et quelques options supplémentaires. Une excellente alternative donc aux allergiques du diesel.

Photos : Yann Lethuillier / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs
Agrément moteur Active Info Display trop chargé
Mode GTE très sympathique Poids -logiquement- en hausse
Faibles consommations Volume du coffre
Lire l'essai completVoir moins