Essai Smart Fortwo Cabrio Brabus Xclusive - Pour citadin pressé

Avec un bond de 23 % de ses ventes, le constructeur allemand Smart, filiale du groupe Daimler, se porte (enfin) bien ! Des excellents résultats que l’on doit notamment à l’Asie-Pacifique (en progrès de 40 %), à l’Espagne (+ 45 %) ou encore au Royaume-Uni (+ 63 %). Bref, ça roule pour Smart et ce alors que les années de disette ont été le lot de la marque durant plus d’une décennie.

Peut-être née un peu trop tôt, la Smart permet aujourd’hui à de nombreux citadins de se déplacer plus facilement et plus économiquement. Personne ne s’étonnera donc que les ventes explosent au cœur des mégapoles du globe mais également dans des villes traditionnellement congestionnées à l’image de Bruxelles où les immatriculations de Smart ont bondi de 61 % en 2016.

Essai Smart fortwo Cabrio Brabus

Pour tous les goûts

Chez Smart, le chaland a désormais le choix entre trois types de carrosseries (Fortwo, Fortwo Cabrio et Forfour), cinq motorisations (essence 61, 71, 90 ou 109 ch ou 100 % électrique) et deux luxueuses finitions (Brabus et Brabus Xclusive). C’est de cette dernière dont nous avons hérité durant une semaine et le moins que l’on puisse, c’est que ça nous a plu !

Au dessus du train arrière est logé un trois cylindres d’origine Renault, de 898 cm3, qui, une fois passé entre les mains des ingénieurs de chez Brabus, voit sa puissance portée à 109 ch pour un couple de 170 Nm ! Soit des valeurs en progrès de 20 % pour la puissance et de 25 % pour le couple face à la Smart la plus puissante (90 ch pour 135 Nm dans le cas de la Smart turbo conventionnelle).

Son credo : la performance

Sans surprise, cette déclinaison Brabus propose des prestations plus que flatteuses et uniques dans sa catégorie. L’agrément de conduite procuré par cette puissante mécanique se voit en outre secondé par l’excellente boîte robotisée à six rapports et double embrayage produite par Getrag qui enterre toutes ses concurrentes CVT (transmission à variation continue) mais également les boîtes automatiques classiques à simple embrayage.

Equipée de la sorte, la Fortwo Brabus exécute le 0 à 100 km/h en 9,5 secondes (là où sa sœurette disposant de 90 ch en demande 11,3) tout en étant à même de pointer jusqu’à 165 km/h. Du jamais vu pour une Smart ! Certes, la boîte Twinamic de notre exemplaire n’avait pas la réactivité d’une PDK de chez Porsche mais le confort et l’agrément en usage quotidien sont bel et bien réels.

Essai Smart fortwo Cabrio Brabus
Essai Smart fortwo Cabrio Brabus

Un châssis affûté

Brabus est parvenu à tirer le meilleur de ce petit bloc moteur grâce à une série de modifications mécaniques, à l’image de la pression de carburant portée à deux bars ou encore à une arrière d’air recalibrée. Pour autant, le look rock ’n roll de la Smart Brabus ne correspond pas tout à fait aux performances offertes par le modèle. On est là face à une citadine très dynamique mais pas à une sportive de la trempe d’une Abarth 695 Biposto… En effet, malgré les très bonnes prestations fournies par la boîte robotisée, les accélérations demeurent néanmoins assez sages. En outre, lors d’une manœuvre de dépassement, la boîte met parfois un peu de temps à réagir lorsque celle-ci est calée sur le dernier rapport, et ce même en mode Sport. C’est là que les palettes placées derrière le volant se révèlent bien utiles ! En outre, on se permettra d’émettre un petit doute quant à l’utilité du mode Race Start, qui relève plus de l’ordre du gadget que d’autre chose.

Essai Smart fortwo Cabrio Brabus

Mais si cette Fortwo Brabus n’est pas un bolide, ses poussées sont néanmoins plus qu’honorables, particulièrement en ville où l’on s’extirpe du trafic avec une facilité déconcertante. Et ce d’autant plus que le châssis qui équipe le modèle a fait l’objet de réglages convaincants. Que cela soit en ligne droite ou en courbe, le modèle ne craint pas les hautes vitesses et se meut avec une aisance parfois déconcertante. Le modèle ne connaît ni roulis ni pompages intempestifs, tenant parfaitement sa trajectoire. Il faut dire que l’ESP opère ici aussi un travail remarquable.

En comparaison avec la Fortwo classique, la Brabus hérite donc d’un châssis qui gagne en rigueur et qui voit son amortissement raffermit de quelque 20 %. S’y ajoute une barre stabilisatrice montée sur le train avant qui concoure à limiter le roulis. Enfin, la monte pneumatique généreuse (185/50 R 16 à l’avant et 205/40 R 17 à l’arrière) collabore elle aussi à la stabilité du véhicule, assurant en outre un grip particulèrement efficace.

Enfin, la direction, qui dispose d’une assistance asservie à la vitesse et d’une démultiplication variable a fait l’objet d’un calibrage spécifique, tenant compte de la monte pneumatique du modèle.

Une mini diva

Comme la tradition l’exige, la Fortwo Brabus est équipée d’une double sortie d’échappement. Les tuyères ne sont néanmoins plus accolées l’une à l’autre mais désormais placées à chaque extrémité du diffuseur arrière. C’est esthétiquement réussi.

Lorsqu’on monte dans les tours, le tout chante allègrement sans jamais envahir l’habitacle de façon excessive. Cette version découvrable, dont la capote électrique disparaît en 12 secondes, ne brille bien entendu pas par son insonorisation (particulièrement à haute vitesse) mais l’habitacle demeure néanmoins un cocon confortable et bien fini. Et comme de coutume, il est possible de décapoter l’engin en toutes circonstances, même lancé à 160 km/h sur l’autoroute ! Le modèle peut en outre se muer en un véritable cabriolet, les arches de toit étant amovibles. Ceux-ci peuvent, une fois enlevés, être rangés à l’intérieur du coffre arrière.

Essai Smart fortwo Cabrio Brabus
Essai Smart fortwo Cabrio Brabus

Ce dernier voit du coup sa taille un tantinet réduite, d’autant plus si l’on a opté pour l’installation audio JBL et son caisson de basse, placé justement lui aussi dans le coffre. De quoi emmener 4 à 5 sacs de courses ou un grand sac de voyage, rien de plus !

Sur mesure

La Brabus Xclusive reprend, de série, tous les équipements habituellement repris en option au catalogue de Smart. Navigation, caméra de recul, intérieur cuir, sièges chauffants ou encore installation audio dernier cri, rien ne manque à l’appel. S’y ajoute une série d’équipements… exclusifs, à l’image des sièges sport Brabus, du tableau de bord mariant cuir et tissu et d’une instrumentation plus complète. Et si ce n’est pas encore suffisant, le département Tailor Made du constructeur se fera un plaisir de combler vos besoins et envies avec, notamment, une série de coloris et de peausseries exclusifs. Même la couleur extérieure peut faire l’objet d’un choix hors catalogue traditionnel.

Tout cela a néanmoins un coût : 27.050 € pour la Fortwo Brabus Xclusive Cabriolet, sans compter les éventuels éléments de personnalisation…

Essai Smart fortwo Cabrio Brabus
Essai Smart fortwo Cabrio Brabus

Conclusion

Cette troisième génération de la Smart est arrivée à maturité. La microcar est devenue une vraie voiture, confortable, sûre et pratique. Sa déclinaison Brabus ajoute un peu de piment dans la sauce grâce à un tempérament affuté mais non brutal. Une sportive ? Non. Une citadine dynamique, oui ! Destinée avant tout à parcourir les villes, la compacte teutonne n’a pas besoin d’une avalanche de chevaux sous son capot. Amplement suffisante, la puissance offerte ici suffit déjà à assurer de belles accélérations, laissant toutes les compactes classiques loin derrière. Sa jolie frimousse et sa finition exclusive lui permettent en outre de se distinguer d’un marché très formaliste, vous assurant du coup de vous démarquer en toute élégance !

Photos : Pierre-Benoît Sepulchre / Motor1.com

 

 

Points positifs Points négatifs

mécanique en pleine forme

boîte auto parfois un peu hésitante

look branché très réussi

précision du GPS

agilité en ville / rayon de braquage

tarification de haut vol

Lire l'essai completVoir moins