Essai Suzuki Swift (2017) - Plus maligne que les autres ?

Le marché des citadines a tendance à se résumer à quelques modèles stars (Renault Clio, Volkswagen Polo, Peugeot 208, etc), et cela est bien dommage. Il offre en effet de nombreuses alternatives séduisantes et théoriquement capables de tenir tête aux cadors, avec parfois un petit soupçon d'originalité en prime.

En disant cela, nous pensons évidemment à la Suzuki Swift, un modèle que nous venons d'essayer aux abords de Strasbourg. Originale, la japonaise l'est sans conteste avec son charmant petit minois et son pavillon flottant. Mais qu'en est-il à l'usage ? La Swift est-elle un vraiment un choix judicieux pour qui veut une citadine à la fois simple, moderne et pratique ? C'est ce que nous allons voir ici.

Essai Suzuki Swift

Un air familier

Les années passent et la Swift conserve peu ou prou ses lignes originelles. Suzuki a en effet constaté que le coup de crayon initial plaisait beaucoup, ce qui l'a poussé a privilégier la solution de la continuité d'une génération à l'autre. La quatrième, celle que nous essayons, ne fait pas exception à la règle.

La nouvelle mouture hérite donc du pavillon flottant et des projecteurs avant horizontaux de ses devancières. Le profil évolue subtilement en adoptant par exemple un pli de carrosserie plus marqué et des poignées de porte arrière dissimulées. À ce propos, précisons que Suzuki ne proposera pas de version trois portes, la demande pour ce type de carrosserie étant insuffisante. 

Essai Suzuki Swift
Essai Suzuki Swift
Essai Suzuki Swift

En fait, pour voir de vrais changements, il vaut mieux se placer face...